48 accusés condamnés à mort pour un lynchage en Kabylie

Un tribunal algérien a condamné jeudi à mort 49 personnes pour le lynchage en Kabylie en 2021 d’un homme accusé à tort d’incendie criminel, mais ces peines devraient être commuées en prison à vie en raison d’un moratoire sur les exécutions, ont rapporté les médias. agence officielle.

Les prévenus ont été reconnus coupables du lynchage de Djamel Bensmail, qui s’était porté volontaire dans le village de Larbaa Nath Irathen dans la préfecture de Tizi Ouzou (nord-est) pour aider à éteindre des incendies qui avaient fait 90 morts de moins en une semaine en août 2021. la peine de mort est bien prévue dans le code pénal algérien, mais après un moratoire en vigueur depuis 1993, elle n’est plus appliquée.

“Actes terroristes et subversifs”

Les prévenus, qui ont comparu devant le tribunal de Dar El Beida dans la banlieue Est d’Alger, étaient notamment poursuivis pour «actes terroristes et subversifs contre l’État et l’unité nationale” et “homicide intentionnel“, affirme le parquet.

Lire Aussi :  Aux États-Unis, Nancy Pelosi prend la parole pour la première fois depuis l’agression de son mari

Vingt-huit autres accusés dans l’affaire ont été condamnés à entre deux et dix ans de prison, et 17 ont été acquittés. Après avoir appris qu’il était soupçonné d’avoir déclenché un incendie de forêt, Djamel Bensmaïl, 38 ans, s’est rendu à la police.

Des images partagées sur les réseaux sociaux montraient une foule entourant un fourgon de police et sauvant un homme du véhicule après qu’il l’ait heurté. Bensmaïl a ensuite été battu puis brûlé vif, tandis que des jeunes prenaient des selfies devant le cadavre.

Lors des événements qui ont déclenché une vague d’indignation à travers le pays, les images du lynchage devenues virales ont été majoritairement commentées à l’aide du hashtag #JusticePourDjamelBenIsmail. Ceux qui ont pris des selfies ont tenté de brouiller les pistes, mais des internautes de tout le pays ont compilé des vidéos et pris des captures d’écran pour que le crime, qui a marqué les fantômes de son horreur, ne reste pas impuni.

Lire Aussi :  Ukraine, Haïti, fin de vie... Ce qu'il faut retenir de l'entretien entre Emmanuel Macron et le pape François

Des photos des personnes identifiées dans les vidéos se sont retrouvées un peu partout sur la toile et les harrages (candidats au passage secret) ont été exhortés à ne pas leur permettre d’embarquer avec eux pour les empêcher de fuir le pays.

“Nous ne tolérerons pas ces violences”

Les arrestations ont eu lieu dans plusieurs régions du pays. Certaines des personnes impliquées dans le lynchage ont été remises à la police par leurs familles. Amnesty International a appelé les autorités à «envoyer un message clair que nous ne tolérerons pas cette violence“.

La Fédération algérienne pour la protection des droits de l’homme (LADDH), pour sa part, a jugé que «les scènes du lynchage et de l’incendie du pyromane présumé, lorsqu’il est venu en tant que jeune artiste tendre la main aux victimes, sont choquantes.»

Lire Aussi :  Soutenue par la BERD, Agadir opère la 1ère émission à l’international pour une collectivité

“Noblesse humaine”

Le père de la victime, Noureddine Bensmaïl, extrêmement digne, a été déclaré héros national après avoir appelé à la paix et à la fraternité entre les Algériens. “Son geste, qui devrait figurer au panthéon mondial des actes fondamentaux de noblesse humaine, de tolérance et de justice, est ou pourra être accompli par peu de personnes.», a-t-il loué le journaliste et écrivain Mohamed Badaoui sur son profil Facebook.

Au cours du procès, qui a débuté mardi, des extraits de vidéos publiées par les accusés sur les réseaux sociaux montrant les détails du crime ont été diffusés. Ces vidéos montrent le lynchage de Djamel Bensmaïl, brûlé vif et dépouillé de ses effets personnels, dont son téléphone portable.

VOIR ÉGALEMENT – Xavier Driencourt : «On se demande quelle est la vision d’Emmanuel Macron pour l’Algérie»

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button