Alerté sur Macron et McKinsey, le PNF élargit ses enquêtes aux comptes de campagne de 2017 et 2022

Les investigations du juge ont également porté sur des soupçons de “parti pris” et de “recel de parti pris”, suite à “l’ingérence de cabinets de conseil”.

Le palais de l’Élysée s’est caché pour la première fois dans le silence. “Aucun commentaire», initialement évacué dans l’entourage d’Emmanuel Macron, jeudi après-midi, peu après la révélation de Parisien . Avant d’accepter la formule nécessaire dans de tels cas :Il appartient aux tribunaux de mener ces enquêtes en toute indépendance“. “McKinsey n’a aucune information sur les facteurs couverts par la presse aujourd’hui.“, nous en avons beaucoup dans l’entreprise.

Lire Aussi :  Sénat – Faire de la RSE une ambition et un atout pour chaque entreprise » La lettre économique et politique de PACA

Dans un communiqué publié dans la foulée, le Parquet national financier (PNF) a encore confirmé l’ouverture de deux informations judiciaires, les 20 et 21 octobre, liées à “l’affaire McKinsey” et plus généralement “conditions d’ingérence des cabinets de conseil dans la campagne électorale depuis 2017 et 2022“.

Lire Aussi :  Avec Xi Jinping, la ″poutinisation″ du pouvoir en Chine | International | DW

Après plusieurs signalements et plaintes d’élus et de particuliers“, ainsi que l’introduction”syndicat” et “Les associations“, par conséquent, les enquêtes se concentrent actuellement sur une présomption”détenir abusivement un compte de campagne» et des doutes sur «réduire les éléments comptables dans les comptes de campagne“. Enfin, les investigations du PNF ont également impliqué “Biais et biais dissimulés“.

Bien qu’il n’ait pas été nommé dans le communiqué du procureur financier, Jean-François Bohnert, le seul responsable politique qui a été publiquement inculpé dans cette affaire jusqu’à présent est Emmanuel Macron. Personne qui, compte tenu des immunités totales et absolues qui lui sont conférées en sa qualité de président, ne peut en aucun cas être jugée par aucune procédure, pendant toute la durée de son mandat.

Lire Aussi :  Une expertise renforce l'hypothèse du « coup de chaleur » aggravé par les gendarmes

VOIR PLUS – Affaire McKinsey : PNF étend l’enquête aux comptes de campagne 2017 et 2022

“Mieux utiliser l’argent et les fonctionnaires”

Ayant eu à gérer les comptes du parti durant les nombreuses années que j’ai passées dans la gestion, je peux vous dire que je suis très serein.», a déclaré un proche du chef de l’État lorsqu’il a repéré ce sujet dans la presse. “Eh bien, peut-être que les gens de McKinseyoffert 7 500 euros, mais la loi française prévoit qu’ils ont parfaitement le droit de le faire à titre individuel», ajoute-t-on de la même source. Et pour conclure :Le président veut que nous avancions rapidement vers une meilleure utilisation de l’argent et des agents publics, précisément pour ne pas laisser ce sujet à ceux qui veulent bouillonner autour des illusions que McKinsey a instillées.“.

A la mi-octobre, le Sénat a voté une proposition de loi obligeant le gouvernement à publier, chaque année, une annexe à un budget définissant “prestations de conseil commandées par l’administration bénéficiaire au cours des cinq dernières années“. Les quêtes faites “pro bono”, gratuitement, ont également été interdites. De son côté, l’exécutif a annoncé fin juillet vouloirfournit un cadre défini principalement dans ses principes et ses chiffres », notamment en fixant un plafond de coût par mission, qui est fixé à deux millions d’euros. Dans le même temps, la Cour des Comptes reviendra également”recours par l’État à des cabinets de conseil privésd’ici fin 2023.

Un sujet de débat politique

La publication récente d’un rapport du Sénat sur le recours croissant à des cabinets de conseil privés par l’État, etinfluencer les politiques publiques», a fait de ces entreprises l’objet d’un débat politique, cristallisé dans la campagne présidentielle autour du géant américain McKinsey. A tel point que le PNF a ouvert au printemps dernier une enquête préliminaire pour blanchiment aggravé et fraude fiscale. ” Cette enquête s’adresse vraiment et uniquement à McKinsey sur la question de son statut fiscal en France», puis confirmez l’organisation avecFigaro. Les investigations vont évidemment lui faire élargir son travail, comme elle vient de l’affirmer.

VOIR PLUS – Affaire McKinsey : ‘Il faut non seulement s’indigner, mais aussi agir en Européens’, déclare Emmanuel Macron

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button