Ce que l‘on sait du gigantesque incendie chez Sirmet à Gond-Pontouvre

S70 sapeurs-pompiers luttent contre un violent incendie qui s’est déclaré ce mardi matin, peu après 7h30, dans un dépôt de ferraille des locaux sociaux de Sirmet, dans la zone industrielle de Gond-Pontouvre. Personne n’était sur les lieux lorsque l’incendie s’est déclaré. Pas de blessures. Depuis cet après-midi, le feu n’est pas maîtrisé.

C’est un entrepôt métallique sur près de 700m2 hors sol, à une altitude de 7 à 8 mètres.

Depuis les premières heures du matin, une bande de…

Lire Aussi :  La France défend sa politique de fermeté sur les visas

S70 sapeurs-pompiers luttent contre un violent incendie qui s’est déclaré ce mardi matin, peu après 7h30, dans un dépôt de ferraille des locaux sociaux de Sirmet, dans la zone industrielle de Gond-Pontouvre. Personne n’était sur les lieux lorsque l’incendie s’est déclaré. Pas de blessures. Depuis cet après-midi, le feu n’est pas maîtrisé.

C’est un entrepôt métallique sur près de 700m2 hors sol, à une altitude de 7 à 8 mètres.

Tôt le matin, une énorme colonne de fumée noire s’est élevée au-dessus de l’entreprise. Un grand incendie que les bouches d’incendie tentaient de contenir, tandis que, tout près, les employés de l’entreprise, arrivés en hâte, tentaient de recouvrir les boîtes de rangement et les documents. En fin de matinée, le feu menaçait toujours à 1 000 m2 de bureaux. L’incendie a détruit une grue et son grappin, menaçant l’usine de l’usine, au cœur de la zone.

Lire Aussi :  Agnès Pannier-Runacher soutient qu’elle n’était pas obligée de déclarer les intérêts de ses enfants, liés à des paradis fiscaux selon une enquête de « Disclose »

Des nuages ​​de fumée noire, causés par des résidus de plastique et d'huile, pouvaient être vus à des kilomètres à la ronde.


Des nuages ​​de fumée noire, causés par des résidus de plastique et d’huile, pouvaient être vus à des kilomètres à la ronde.

Photo Julie Desbois

A midi, la montagne de ferraille était encore un enfer brûlant.


A midi, la montagne de ferraille était encore un enfer brûlant.

PhotoSDIS16

2000m3 ferraille, la carrosserie de la voiture est compactée dans laquelle il reste des résidus d’huile et de plastique, créant un feu qui dégage une grande quantité de chaleur. “C’est un entrepôt métallique sur près de 700m2 hors sol, à une altitude de 7 à 8 mètres”, a expliqué le colonel David Vergnaud, commandant de l’opération de secours, qui devait coordonner les actions des sapeurs-pompiers des centres de secours Angoulême, La Couronne, Mansle, Ruffec, La Rochefoucauld. Moyens de lutte contre l’incendie – 25 engins activés sur site, dont trois camions citernes de gros tonnage, camions citernes de grande capacité – complétés par une unité mobile d’intervention contre le risque chimique.

La rédaction vous conseille

Les sites Web sont classés. Il est considéré comme du lait en feu. « En particulier, nous surveillons la rétention d’eaunommé colonel Vergnaud. Toutes les eaux de lutte contre l’incendie sont stockées à l’intérieur de l’entreprise, dans des réservoirs. » La lutte contre l’incendie nécessite de grandes quantités d’eau. Deux bouches d’incendie, sur place Sirmet et ZI ne suffisent pas. Les pompiers ont dû tirer deux kilomètres de canalisation de 110 mm à travers la zone industrielle, jusqu’à La Touvre. “Cela nous permet d’avoir 1 000 litres d’eau par minute”dit le colonel.

Les pompiers ont dû déployer des moyens considérables pour combattre l'incendie.


Les pompiers ont dû déployer des moyens considérables pour combattre l’incendie.

Photo Julie Desbois

Assurez-vous que les mesures que nous avons prises sont insignifiantes.

Les pompiers ont dû manipuler de l'eau d'extinction d'incendie, stockée dans des pots sur place.


Les pompiers ont dû manipuler de l’eau d’extinction d’incendie, stockée dans des pots sur place.

Photo Julie Desbois

Ses équipes sont allées mener des sondages autour du site, sur plusieurs kilomètres sous l’épaisse fumée qui s’étendait sur la zone commerciale de la Montagne. C’est l’anxiété. Les relevés n’ont rien révélé d’alarmant, rassurant les pompiers, qui n’ont mesuré aucune retombée. Cependant, le granulomètre, acheminé depuis La Rochelle par hélicoptère doit être réalisé “Pour s’assurer que les mesures que nous avons prises n’ont vraiment aucun sens”, indique le centre d’activités.

Deux kilomètres de canalisations devaient être déployées pour acheminer les lances depuis La Touvre.


Deux kilomètres de canalisations devaient être déployées pour acheminer les lances depuis La Touvre.

Photo Julie Desbois

« Le feu a un pouvoir calorifique élevé. La fumée est très élevée. Plus ils chauffent, plus ils montent., a expliqué le colonel Bruno Huchon, chef du service d’incendie et de secours du département de la Charente. Ils sont poussés par un vent soutenu de nord-nord-est, au-dessus des zones résidentielles, dispersées selon l’altitude. “Et la météo indique des conditions de vent similaires dans les prochaines heures” dit le colonel Vergnaud.

Les pompiers devraient passer encore plusieurs heures sur les lieux. Ce fut le cas le 16 décembre 2021, lors du dernier incendie du site. mais l’incendie s’est déclaré dans un entrepôt éloigné des installations de l’entreprise. La grue qui a été détruite ce matin a même enlevé le matériel pour limiter la propagation du feu. “Cette fois est plus importanteGérard Dezier, le maire de Gond-Pontouvre, présent sur le site, s’inquiète. Les paramètres de fonction sont affectés ». Les dégâts promis sont immenses. “C’est dommage que l’entreprise ait remporté le contrat avec la SNCF”, a déploré le maire, qui s’inquiète pour l’avenir du site. « Est-ce que des usines comme celle-ci ont encore leur place ici ? se demanda-t-il en regardant la fumée dériver au-dessus de la zone commerciale. « Mais au début, le site était loin de tout. Et la ville a surgi tout autour. Et c’est aussi cinquante emplois”, il observe.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button