ce qu’il faut savoir de la visite du Président

Emmanuel Macron le mercredi 23 novembre pour contacter les maires réunis à Paris pour en montrer plus “apaiser” que par le passé, mais éclipsé par les attentes pressantes d’élus souvent étranglés par l’inflation énergétique.

Cette année, l’Élysée dit vouloir innover : pas de discours de clôture du 104e congrès de l’Association des maires de France (AMF) pour les chefs d’État – il sera prononcé jeudi par la Première ministre Élisabeth Borne -, mais long “errant” heures à leur exposition, organisée conjointement avec le Parc des Expositions de la Porte de Versailles avec 1 200 exposants.

Lire la suite: MAINTENANCE. Maire troublé : “Nous ne laisserons personne sur le bord de la route”

C’est aller rencontrer des gens “Apporter des solutions innovantes” et “pour un contact plus direct et puissant”supplie le président.

Réception à l’Elysée

Emmanuel Macron s’exprimera devant des milliers de maires, mais en soirée lors de la désormais traditionnelle réception à l’Élysée. Maison. Le choix de la mise en scène a fait grincer des dents à certains, notamment dans l’opposition.

Lire Aussi :  Ce n’est pas après Macron et Philippe que Buzyn est le plus en colère

“Il a confondu la foire du maire avec la foire agricole”s’est opposé au socialiste André Laignel, vice-président de l’AMF, arguant que “beaucoup de collègues” considérez que “ne pas traverser l’allée pour voir le maire” au congrès, “C’est un mauvais chemin”.

Au milieu de la forte alliance des élus et du président, il est pourtant temps de désamorcer après un premier quinquennat marqué par des tensions.

Le président de l’AMF, David Lisnard, maire de Cannes Les Républicains, estime qu’Emmanuel Macron a “complètement changé” de la parole en ouvrant la porte à “un nouveau chapitre de la décentralisation”.

Une « vraie décentralisation »

A Château-Gontier, en Mayenne, le président de la République s’est dit favorable le 1er octobre « Vraie décentralisation »accompagné du transfert “responsabilité”viens du “Puissance nominale” et “frais” nécessaire – par opposition à “fausse décentralisation” en vigueur selon lui jusqu’à présent.

Lire Aussi :  Carine Azzopardi est l'autrice du livre choc "Ces petits renoncements qui tuent"

Au contraire, à l’Élysée, on veut voir la communauté s’améliorer ” Fruit “ politiques initiées il y a 5 ans en faveur de l’aide financière et “retour de l’Etat aux territoires”pas de tournant.

Le PDG a mis l’accent sur l’ouverture de 2.600 résidences services françaises d’ici fin décembre (une centaine de plus que initialement promis) ou la création de 35 sous-quartiers supplémentaires, dont six cette année.

Le gouvernement a également répliqué ses actions ces dernières semaines, avec l’annonce de 1,2 milliard d’euros supplémentaires pour les collectivités locales sous forme de prêts pour accélérer la transition écologique et 5 milliards d’euros en 2026 pour “la relance” centre de 234 villes moyennes.

“Rupture”

En plus de cela, Elisabeth Borne a annoncé une augmentation plus importante que prévu de la dotation globale de l’exécutif (DGF) aux collectivités locales d’ici 2023, à 320 millions d’euros, évoquant un effort sans précédent depuis treize ans.

Lire Aussi :  enquête ouverte pour détournement de fonds publics

De la “innocent”rétorque David Lisnard, qui n’a vu qu’un modeste hic, DGF est juste “non indexé sur l’inflation depuis 2010”.

Les élus s’inquiètent de l’abrogation des taxes qu’ils perçoivent, comme la taxe d’habitation sur la résidence principale et désormais la CVAE, la taxe de production. Les villes sont aussi aujourd’hui tentées d’augmenter les taxes foncières, l’un des seuls leviers fiscaux dont elles disposent encore.

Car les élus municipaux sont également confrontés à un boom des dépenses énergétiques, en raison du coût élevé de l’électricité et du gaz après la guerre en Ukraine.

Le gouvernement a mis en place un “amortisseur électrique” et un “filet de sécurité” salué par les maires, qui attendent néanmoins des précisions sur leurs activités.

Avant la visite du président, l’Elysée a souligné “rassurer” affirmer que l’état est bon “Leur côté” Car “Aidez-les à surmonter cet obstacle”.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button