Conjoncture. Activité économique en Grand Est : l’industrie marque le pas

“Contrairement au plan national, l’activité dans l’industrie régionale est faible en octobre. En revanche, le flux commercial a enregistré une certaine progression dans les services marchands ainsi que dans le secteur de la construction, ce qui est bon en fin d’année. “, Michel Clavey, patron de la Banque de France (BdF) en Moselle, a commenté la présentation des tendances régionales de l’activité dans le Grand Est pour octobre 2022. C’est exactement ce que révèle une analyse réalisée par BdF Services et publiée hier. Toute la production industrielle de notre région s’est arrêtée en octobre, par exemple pénalisée par la faible performance enregistrée dans le secteur de la chimie, ou du moins, des métaux ou des plastiques. Ceci malgré une croissance décente dans les secteurs de l’alimentation, de l’électronique et d’autres machines, tandis que la production automobile est restée stable.

Lire Aussi :  Succubus Interactive pionnière des "jeux sérieux" en entreprise

Services et construction : des contradictions

Dans l’industrie, cependant, l’impact de la hausse des prix de l’énergie ne s’est pas encore fait sentir, de nombreuses entreprises sont encore protégées par les contrats en cours. Cette situation devrait perdurer jusqu’à fin 2022.

En revanche, les performances s’améliorent sur le marché des services, bien que de manière différente et dans la limite des ressources humaines disponibles, de nombreux secteurs connaissent de grandes difficultés en matière de recrutement, d’où le flux d’affaires de l’hôtellerie – restauration c’est très bien. Un ralentissement a été enregistré dans le secteur de l’intérim, particulièrement pénalisé par l’arrêt partiel de l’industrie.

Lire Aussi :  Des primes de parrainage pour les salariés qui aident leur entreprise à recruter

Le secteur de la construction, pour sa part, connaît à nouveau une tendance favorable, soutenue par une activité de plein emploi. Au contraire, pour septembre 2022, une baisse des travaux de construction a été enregistrée. En revanche, le flux d’activité dans les travaux publics s’est amélioré par rapport au premier semestre. Au cours des prochaines semaines, à l’exception de la construction, l’ensemble de l’économie devrait connaître une hausse d’activité.

Lire Aussi :  Que vont devenir les 20 268 cryptos si Bitcoin rechute ?

Énergie : beaucoup de temps devant nous

Concernant l’impact attendu de la crise des prix de l’énergie dans tous les secteurs, 25% des entreprises indiquent que la performance du mois dernier a été affectée, dont 7% fortement. Pour les trois prochains mois, près de quatre entreprises sur dix s’attendent à un impact (faible ou fort) sur leur performance. Quant à l’impact sur leurs marges au cours des trois prochains mois, cela concerne deux entreprises sur trois dans la construction et l’industrie et près d’une entreprise sur deux dans les services marchands.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button