Coopération : l’économie sociale et solidaire veut s’étendre dans l’océan Indien

La Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (CRES) de Mayotte a accueilli la première délégation ESS de l’océan Indien. L’idée : réunir des représentants de la Tanzanie, des Comores, du Mozambique et du Kenya pour mener à bien des projets au niveau régional.

“Dans le contexte de relations difficiles avec nos pays voisins, comme les Comores, l’ESS est un instrument de diplomatie économique.” C’est ainsi que le directeur du CRES, Kamal Yusuf, présente un projet appelé BusiNESS OI soutenu par la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRES) de Mayotte. Ce « cluster » ESS à l’échelle de l’océan Indien a pour vocation de porter des projets transnationaux. Depuis juillet 2021, Chris – une des missions “Promouvoir la coopération régionale par l’économie sociale et solidaire” – Liens avec des organisations au Kenya, au Mozambique, aux Comores et en Tanzanie. Parmi eux, des représentants de coopératives au Mozambique, l’Association des gouvernements locaux de Tanzanie, la SSE Enterprises Organization du Kenya, le Kenya Impact Business Accelerator et la communauté comorienne Maicha, qui protège les droits des enfants. Depuis le lundi 21 novembre, leurs représentants se réunissent à Mute pour poursuivre les négociations et initier des initiatives.

Coopération-Social-Cohésion-Economie-Développement-Océan-Indien
Pour Kamal Youssef, directeur de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de Mayotte, qui pilote le projet Business OI, l’ESS est aussi “un instrument de diplomatie économique entre les régions”.

Opportunités dans d’autres domaines

“La communauté RTME, basée à Akwa, qui transforme le manioc en farine, a besoin de nouvelles sources d’approvisionnement. A Mayotte, ce produit est cher et il n’y a pas assez pour répondre aux besoins du marché. Dans l’océan Indien Grâce aux relations établies avec d’autres pays, nous pourrons envoyer du manioc depuis les Comores ou la Tanzanie. Chris désigne l’homme en haut. Selon lui, ces deux pays manquent de pôle dans leurs régions et ne disposent pas d’une structure de développement comme Mayotte. Des partenariats qui peuvent également contribuer à promouvoir une mobilité sobre en carbone. A Petite-Terre, la société Mobhelios, qui propose des vélos électriques en location, prévoit de commencer à proposer des motos électriques ainsi que des bornes de recharge pour voitures. « Les Comores sont particulièrement intéressées à répliquer ce type de projet » Continue à l’éditeur. Le troisième projet concerne le chocolate bunga à Kumbani. “L’idée est de créer des passerelles entre nos cinq régions pour fournir des matières premières aux chocolateries ou de créer de telles structures dans d’autres pays.”

“Dix millions d’euros non utilisés”

En janvier prochain, le réseau des incubateurs devrait voir le jour. L’idée est de créer une structure de soutien pour Mahors qui puisse être reliée en une seconde à Moroni et à d’autres institutions au Kenya, au Mozambique et en Tanzanie. “Les incubateurs peuvent permettre aux porteurs de projets de créer des structures dans un autre domaine, en levant des barrières techniques ou réglementaires mais aussi en mobilisant des financements dans d’autres domaines”. dit Kamal Yusuf.

Lire Aussi :  les entreprises franciliennes à l'épreuve de l'inflation

L’aspect financier est également l’une des motivations premières du projet BusiNESS OI porté par le Conseil Départemental et financé par le Programme Intrigue V Océan Indien, qui vise à renforcer l’intégration régionale de la migration et de la réunification dans l’Océan Indien, par le biais de financements. Fonds européen de développement régional (FEDER). “Ces cinq dernières années, ce programme nous a alloué un budget de 12 millions d’euros. Mais 10 millions n’ont pas été utilisés.” En cause, notamment : l’absence de cadre juridique commun. Par conséquent, le premier objectif du projet est de définir une base commune. D’autant plus que davantage de financements publics français seront mobilisés dans les quatre pays partenaires de la région. “Ce sont les pays qui sont dans le périmètre des financements européens et du Conseil départemental de Mayotte, c’est pour cela qu’ils ont été sélectionnés. Et dans ces zones, d’autres aides peuvent être débloquées via les ambassades de France.”

Lire Aussi :  En Bourgogne, une petite entreprise donne une nouvelle vie aux vêtements de seconde main

Novembre, Mois de l’économie sociale et solidaire

La Cress de Mayotte organise la sixième édition du Mois de l’Economie Sociale et Solidaire à Mayotte. Un événement qui Crée une exposition des innovations des acteurs de la région. Depuis le début du mois, de nombreux événements ont permis de promouvoir l’ESS dans toute la région. Ce vendredi 25 novembre, l’école Hummingbird de Dzozdi organise un après-midi mère et bébé. Le 26 novembre de 8h à 16h, Mayotte Nature Environnement organise une formation au nettoyage du site de Mamoduzou. Le dimanche 27 novembre, de 9h à 12h, un nettoyage du quartier de Montlegon est organisé au Congo. Puis le 28 novembre 2022 de 9h à 17h, la Médiathèque Banderelli accueillera la troisième édition de Mute, acteur de son développement, visant à aider les entreprises Mute à monter en compétences. D’autres événements sont programmés. Tout le programme est sur cress-mayotte.org

Lire Aussi :  Une nouvelle initiative d’économie d’électricité sur les rails

Un secteur compte 2 836 emplois en 2021

Selon la loi du 31 juillet 2014, l’ESS est “Une approche de l’entrepreneuriat et du développement économique, adaptable à tous les secteurs d’activité”. Cette économie vise les bénéfices collectifs, l’implication citoyenne, le respect de l’environnement et la proximité des territoires. A Mayotte, le secteur représente 2 836 emplois en 2021, répartis sur 290 établissements. 14% sont des structures privées et 83% sont des associations. Au total, ils représentent un salaire annuel brut de 30 millions d’euros.

Alerte Facebook pour l’UE !
Vous devez être connecté pour voir et poster des commentaires FB !



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button