Du bio, de la pépinière à la table – Le Sahel

“En fait, c’est d’abord une histoire de passion héréditaire, car mes parents étaient aussi agriculteurs et ils m’ont transmis l’amour de la terre”, raconte Mahmoud Halilou Abdelaziz, expliquant pourquoi il a choisi les télécommunications. . L’entreprise sera transformée en entrepreneur agricole. En fait, dira-t-il, son temps de travail dans l’entreprise lui a permis d’économiser de l’argent pour commencer à travailler, un projet qu’il attendait depuis 2006.

L’aventure qui a conduit à la création de Gurubi Farm Company a commencé en 2009 avec l’achat d’un terrain de Sai Branch dans la région de Tamu qui serait développé. De quelques centaines de mètres carrés, les terrains acquis atteindront 5 hectares en 2015. 13 ha en 2016 ; 32 hectares en 2018 dans un ensemble de 7 sites. “Aujourd’hui, avec la création du huitième site à Goro Kina en périphérie de Niamey, nous aurons environ 34 hectares de terrain en 2022”, précise Mahmoud Halilou Abdelaziz. C’est le dernier site que nous avons visité.

Confortablement parmi les arbres et les potagers, des comptables formés, des informaticiens, des ingénieurs agronomes expliquent et expliquent, les techniques de greffage d’arbres ou pointeurs et les étapes nécessaires à une production aux normes biologiques. Lorsqu’on lui demande, il répond : “Pour ma reconversion, je me suis entraîné avec d’autres, lors d’ateliers, de voyages. Je me suis aussi formé moi-même. Depuis 2016, je suis devenu agriculteur professionnel” déclare fièrement le promoteur de l’entreprise et directeur général de Gurubi Farm. Jardins, potagers, élevage, tout est dans le strict et strict respect des normes de production biologique pure, auxquelles la Société Agricole Gurubi reste fidèle. Pour la main-d’œuvre, le promoteur de Gurobi utilise des travailleurs du milieu où se situent les sites de production et encadre.

Développement de la chaîne de valeur dans les normes biologiques

Dans un domaine de plus en plus intéressé par les agriculteurs professionnels et les investisseurs, Mahmoud Halilo Abdulaziz a voulu se démarquer pour faire ses preuves. “Gurubi Agricultural Company travaille à promouvoir une agriculture durable et respectueuse de l’environnement à travers un modèle agropastoral intégré avec une production biologique pure (sans engrais chimiques ni pesticides), en mettant l’accent sur le développement de la chaîne de valeur. Moringa biologique, Légumes et fruits biologiques, assure-t-il.

Lire Aussi :  Amazon Prime intègre désormais tout Amazon Music, mais il y a une restriction

La sélection pour la production et la transformation du moringa est bien justifiée. C’est un produit dont les vertus nutritionnelles et thérapeutiques ont été mises en évidence par la recherche scientifique en Afrique et en Occident, soulignent des entrepreneurs agricoles. Mais, pour que les vertus et les bienfaits du Moringa servent bien, la plante doit être cultivée et transformée dans des conditions idéales. Pour ce faire, Mahmoud Halilo Abdul Aziz a estimé qu’il n’y avait pas de meilleur moyen que d’investir dans toute la chaîne. Parce que vous n’êtes jamais mieux servi que vous-même. Ainsi, depuis 2014, environ 3,5 hectares ont été plantés en Moringa de la variété PKM1 améliorée par l’ICRISAT, offrant un potentiel agro-commercial bien amélioré. Il garantit que la production est faite selon un processus entièrement biologique, en utilisant uniquement du fumier naturel fourni par les animaux (ovins et caprins). Le résultat est la production de feuilles de moringa saines qui assurent la stabilité moléculaire pour un usage thérapeutique.

La phase de transformation qu’a connue Gurubi Company en 2016 est en effet une étape décisive dans le projet mené par Mahmoud Halilo Abdulaziz. Le procédé, comme il l’explique, consiste en : “La déshydratation à l’ombre du moringa frais en feuilles séchées qui forment la matière première pour la transformation en produits dérivés du moringa : poudre, thé, aliments pour animaux ; Cosmétiques, etc. L’huile de moringa est extraite à partir des graines de cette plante, et le résidu (tourteau de graines) alimente la chaîne de production d’aliments pour animaux, ainsi que des floculants biologiques pour le traitement naturel de l’eau.

L’emballage avec le conditionnement approprié est estampillé “Grubi saveur”, les produits sont encore améliorés. Il y a de l’innovation à la fois dans le concept d’emballage qui correspond au contenu qualitatif que les produits sont exempts de tout élément chimique, et dans leur présentation avec des designs visant les normes internationales. Dans le cas du Moringa, il s’agit essentiellement d’emballages hermétiques, étanches, multi-usages auto-adhésifs, anti-ultraviolets, de type aluminium plastifié.

Lire Aussi :  Ain. Avec Eco’day, Le Progrès s’implique pour l’emploi et fête l’économie aindinoise

Pour distribuer et commercialiser ses produits, la société a construit un réseau de plus de 70% de pharmacies et autres officines à Niamey et à l’intérieur du pays, et 30% par la vente en ligne via une plateforme dédiée INNOVETRADE qui rejoint son site internet. : www.ferme-goroubi.com D’autres plateformes de vente en ligne partenaires telles que Kaomini de la Poste du Niger, et Agritech sont également utilisées avec l’intégration numérique dans la diffusion de l’offre commerciale.

Perspectives pour la première entreprise nigériane à être certifiée Ecocert Bio EOS/NOP

Entrepreneur avisé, Mahmoud Halilo Abdul Aziz a d’abord voulu protéger sa marque. Gorobe, une marque protégée par l’OAPI depuis janvier 2020. Huile de moringa pure extraite à froid certifiée par l’ANMC en 2021. Mieux encore, depuis 2022, Gorubi est devenue la première entreprise nigériane à être certifiée Ecocert Bio EOS/NOP pour sa gamme de neuf (9) produits de moringa bio. Une certification biologique internationale ouvre ses produits au marché de l’Union Européenne et des Etats-Unis, Canada.

En plus du moringa bio, qui est désormais une spécialité, Gurubi Farm produit une variété de fruits, dont des agrumes, des mangues, des bananes, des dattes, du gingembre… et même Pancum maximus, une plante à haute valeur nutritive. Aussi, exceptionnellement, la ferme produit des ananas bio sur le site de Luntia Canna qui sont commercialisés.

“Je crois en l’agriculture biologique, même si le processus est coûteux et a un impact sur les prix des produits”, déclare Mahmoud Halilo Abdulaziz, louant les vertus et les bienfaits des produits Gorobe pour la santé et l’environnement. Faut-il s’identifier au regard juvénile qu’il affiche aujourd’hui à 49 ans ? Ce qui est vrai, promet son entreprise. Il a de grands espoirs pour les possibilités. Il ajoute : « L’investissement dans l’agriculture est élevé et les fruits sont récoltés à moyen et long terme. A ce jour, résume-t-il, grâce à un prêt et à un autofinancement, environ 300 millions de francs CFA ont été investis pour le compte de la société agricole de Gorobe.

Alors que les produits Gorobe sont exportés vers la Turquie, la France et le Canada, le marché local se construit également au fil du temps. A Niamey, les gens s’orientent vers la consommation bio. En témoigne l’amélioration de la participation au salon des ventes organisé par le Groupement d’Intérêt Economique (GIE3B) au siège du RECA tous les samedis, présidé par Mahmoud Halilou Abdelaziz et l’orgue au Niger Value qui réunit industriels et acteurs chinois. . “Au début, les clients étaient presque exclusivement des étrangers, mais récemment, davantage de Nigérians sont venus s’approvisionner en produits frais et biologiques”, dit-il.

Lire Aussi :  Handifeel’s accompagne les entreprises sur la question du handicap

Cependant, estime le promoteur de la société Gorobe, le gouvernement devrait vraiment s’impliquer dans la réalité de la campagne “consommation locale”. Il note que le Niger est l’un des premiers pays de l’UEMOA à lancer cette campagne. “Mais en réalité, aujourd’hui, nous sommes en retard”, déplore Mahmoud Halilo Abdulaziz, appelant à aller au-delà des slogans. Ceci, en commandant des produits spécifiques auprès de fabricants nigérians qui sont importés pour les besoins des services gouvernementaux. Pour les produits Gorobe, dit-il, les suppléments nutritionnels fournis par l’entreprise peuvent bien servir dans la lutte contre la malnutrition et même prévenir certaines maladies.

Plus convaincu que jamais de ce qu’il a choisi, Mahamdu Halilu Abdulaziz espère inciter d’autres Nigérians à se lancer dans l’agriculture biologique. Aussi, dans le cadre du projet de restauration du site de Guru Kenna, un centre de formation pratique en agriculture biologique y est prévu. “Il y a un besoin, car de nombreux propriétaires de vergers demandent une formation pour leurs travailleurs. Les ONG me demandent aussi de développer leurs champs”, rapporte-t-il.

Confiant dans les possibilités, le directeur général de la société Gorobe s’emploie à augmenter son chiffre d’affaires qui était d’environ 30 millions de FCFA avant la crise sanitaire du Covid-19. Il est pleinement impliqué dans le développement des quatre unités de gestion qui composent la société Gorobe, notamment les activités de pépinière pour la production de semences et de plants ; gestion des champs et production agricole; Transformation agroalimentaire et gestion foncière par l’acquisition, la vente et la mise en valeur de terres agricoles.

Par Southern Mutari (onep)

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button