Elle sera la future astronaute française : 4 choses à savoir sur Sophie Adenot

le besoin
A 40 ans, la Française Sophie Adenot vient d’être nommée astronaute par l’Agence spatiale européenne. Ingénieur et pilote d’hélicoptère. Voici quatre choses à savoir sur le nouveau collègue de Thomas Pesquet.

“C’était un moment assez incroyable, je rêve d’espace depuis que je suis toute petite et ce rêve devient… aujourd’hui ce n’est même pas concret car on a du mal à voir ce qui se passe !” Sophie Adenot réagit à la presse à Paris suite à l’annonce d’une nouvelle sélection d’astronautes de l’Agence spatiale européenne (ESA), mercredi 23 novembre.

Lire la suite:
Espace : Sophie Adenot, deuxième astronaute française après Claudie Haigneré

CV d’astronaute

“Nous avons travaillé dur pour en arriver là où nous en sommes aujourd’hui”, a-t-elle déclaré, émouvante, sur le podium du Palais éphémère, qui présentait la promotion de cinq élus, dont une autre femme, un Anglais, un Espagnol, un Belge. et un Suisse.

Sophie Adenot, élevée en Bourgogne, est ingénieure, diplômée de l’ISAE-SUPAERO de Toulouse, spécialisée dans la dynamique de vol des engins spatiaux et aéronautiques. Elle a suivi une formation en ingénierie du facteur humain au Massachusetts Institute of Technology, Boston, États-Unis.

Lire Aussi :  Coupe du monde. Benzema pas remplacé en équipe de France, Varane disponible contre l’Australie

Elle a également travaillé pendant un an chez Airbus Helicopters pour y concevoir le cockpit. “Je suis passionné par les hélicoptères et leurs cockpits, j’adore explorer de nouvelles technologies et c’est pourquoi je me suis inscrit pour être pilote d’essai”, a déclaré qui compte aujourd’hui 3 000 heures de vol et a piloté plus de 22 types d’hélicoptères différents. .

Elle détient le grade de lieutenant-colonel et est la première femme pilote d’essai d’hélicoptère. Sophie Adenot parle anglais, allemand, espagnol et russe. Mère d’un enfant, elle enseigne le yoga.

Lire la suite:
L’Agence spatiale européenne dévoile demain ses plans de navigation par satellite

Inspiré par Marie Curie et Claudie Haigneré

“J’ai grandi dans une famille où l’on était toujours curieux de tout. J’ai grandi avec l’âme d’une exploratrice”, a confié Sophie Adenot devant la caméra. Ses rêves d’espace remontent à son enfance – “ma sœur me rappelait que quand j’étais petite, la seule affiche dans ma chambre était une image de fusée”. qui en a inspiré tant.” Puis, à 14 ans, le premier vol de Claudie Haigneré a été “un vrai déclic. Modèle idéal”, a déclaré l’astronaute, tout en exprimant son admiration pour les “merveilleux professeurs” qui “lui ont donné confiance » jusqu’à ce qu’elle soit « audacieuse » pour postuler à l’ESA A 40 ans, Sophie Adenot devient la deuxième femme astronaute française de l’histoire, après Claudie Haigneré, qui effectue son premier vol à bord de la station Mir en 1996.

Lire Aussi :  Ce que l‘on sait du gigantesque incendie chez Sirmet à Gond-Pontouvre

Admiré par Pesquet

Thomas Pesquet, qui conseillait aux chanceux d’être “patients mais positifs” avant le premier vol – en attendant sept a dit : “Ils ont une super santé, des compétences incroyables, des CV de fous et surtout après tout, ils ont passé des tests psychologiques qui me font peur avec le recul”. .” année pour lui. L’astronaute vedette, qui a participé aux tests, s’est dit “fier” de voir une Française choisie, ainsi qu’un deuxième compatriote, Arnaud Prost, 30 ans, qui a participé rejoindre la force de réserve de l’ESA.

Lire Aussi :  La France organise un séminaire en faveur des grandes expositions dans les musées africains

En orbite à partir de 2026

Avec ses nouveaux collègues, Sophie Adenot devra attendre le printemps 2023 pour commencer sa formation au Centre européen des astronautes de l’ESA à Cologne. Pour une première mission en orbite probablement à partir de 2026.

Sophie Adenot a commenté : “C’est un monde nouveau, avec tant d’inconnues, je vais apprendre de ce travail. Je suis très heureuse de suivre les pas de Thomas Pesquet”.

Dans un premier temps, cinq nouveaux astronautes de l’ESA ont été appelés en orbite, au sein de la Station spatiale internationale (ISS) – une poignée de sites pour de futures missions lunaires auraient été réservées à la génération précédente d’expérience en orbite basse.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button