En France, tous les cinq jours, un enfant est tué par l’un de ses parents, alerte l’Unicef

Pauvreté, éducation, santé mentale, violences : un rapport de l’Unicef ​​France publié ce dimanche déplore une situation “préoccupante” en France.

Plus d’un cinquième des enfants vivent en dessous du seuil de pauvreté et plus de 42 000 sont sans abri : la France doit encore faire des progrès pour garantir les droits des enfants, notamment les plus vulnérables, a souligné l’Unicef ​​dans un rapport inédit ce dimanche.

Les inégalités sociales et territoriales empêchent »trop d’enfants ont accès à l’école, aux services de santé ou de protection‘, a déploré UNICEF France dans un communiqué accompagnant le rapport, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant.

Les écoles et la santé mentale des enfants

Dans une interview pour Journal du dimancheLa présidente de l’Unicef ​​France, Adeline Hazan, a déclaré que les enfantsdésactivé” et “5700 [mineurs] vivre dans les bidonvilles» ont des difficultés à accéder à l’éducation. “Les enfants les plus vulnérables, qu’ils soient en situation d’extrême pauvreté, handicapés, victimes de violences (…) peinent à voir leurs droits les plus élémentaires garantis.ajoute que l’organisation prépare un rapport pour les experts de la Commission des Nations Unies sur les droits de l’enfant.

Lire Aussi :  L'Expression: Société - La formation, ce parent pauvre

La santé mentale des enfants est également au centre du rapport de la commission française. Alors qu’un tiers des mineurs ont déclaré “mentalement dérangé“, Adeline Hazan dénonce la longue attente d’un rendez-vous”dans un centre psycho-médical“:”il faut attendre six mois à un an” Moyen.

Augmentation de la violence domestique

La crise sanitaire a également aggravé les conditions de vie des mineurs. Lors du premier confinement, la violence contre les enfants a augmenté. “Le nombre d’appels au 119 signalements d’accidents mineurs a explosé», se souvient le président de la branche française. Un communiqué sans équivoque soutenu par l’Unicef ​​établit que «Tous les cinq jours, un enfant est tué par un parent“.

Lire Aussi :  La France, un désert médical selon l'UFC-Que Choisir

De plus, la France utilise des mesures contraires aux principes de la Convention internationale des droits de l’enfant, comme la détention administrative des enfants où les familles en situation inhabituelle seront expulsées, a indiqué l’Unicef ​​fox. Depuis 2012, au moins 33 786 enfants ont été détenus, la majorité d’entre eux à Mayotte et 1 460 en France métropolitaine.

Créer un ministère de l’enfance ?

La situation est préoccupante, même si des progrès ont été réalisés, a admis Adeline Hazan auprès de l’AFP. Les mineurs ne sont pas suffisamment protégés en France, ils ne peuvent pas vivre leur vie d’enfants“.

Lire Aussi :  nucléaire, éolien, solaire, à quoi tournera la France de demain ? Le débat public s’ouvre

L’association reconnaît des progrès depuis 2016, date de la dernière évaluation de la France par la Commission des droits de l’enfant. Par exemple, il met l’accent sur le développement de politiques publiques destinées aux enfants. En 2019, le gouvernement a lancé un plan de lutte contre les violences faites aux enfants. Il a également introduit des mesures pour augmenter le soutien pendant les 1000 premiers jours de la vie d’un enfant.

Cependant, l’UNICEF regrette que ces politiques soient “très dispersé“, nuisible”leur capacité de lecture” et à “leur efficacité“. Dès lors, l’organisation propose plusieurs solutions dont la création d’un ministère de l’enfance et un investissement de 1,5 milliard d’euros sur 5 ans.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button