Exportations de céréales, pas de « bombe sale »… Une semaine de tensions en quatre infographies

Les civils de Kherson sont-ils protégés par l’armée russe ou déportés, comme le prétendent les autorités ukrainiennes ? Et tandis que la contre-offensive de l’Ukraine à l’est se poursuit, la guerre reste également une guerre de communication. Si Moscou parle d’« évacuations » quand Kyiv parle de « déportations », les deux pays ont poursuivi cette semaine leur bras de fer au sujet de la « bombe sale ». L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a inspecté les villes ukrainiennes et sa conclusion est claire : elle n’a rien trouvé. Il est à noter que les exportations de céréales ont également pu se redresser cette semaine. Mais pour combien de temps ? 20 minutes résume le bilan de la guerre en Ukraine au 254e jour du conflit.

La contre-offensive ukrainienne se poursuit à l’est

Carte de la situation en Ukraine le 4 novembre à 7h.
Carte de la situation en Ukraine le 4 novembre à 7h. – Simon MALFATTO, Paz PIZARRO, Kenan AUGEARD / AFP

Alors que quatre millions d’Ukrainiens sont privés d’électricité en raison des bombardements russes des infrastructures civiles du pays, la contre-offensive ukrainienne se poursuit dans l’est du pays. Alors que l’armée ukrainienne s’approche de la ville annexée de Kherson, les autorités russes ont déclaré vendredi un couvre-feu de 24 heures dans la ville, puis se sont retirées quelques minutes plus tard. “La situation à Kherson est claire comme de la boue”, a-t-il prévenu sur Twitter Michael Kofman, Centre d’analyses navalesqui s’est récemment rendu en Ukraine avec plusieurs de ses collègues.

Lire Aussi :  L’Indonésie, hôte du Congrès international des femmes musulmanes

Le sort des civils n’est pas plus clair. La Russie affirme “évacuer” “plus de 5 000” civils chaque jour. L’Ukraine, pour sa part, condamne les “déportations”. “L’administration d’occupation russe a commencé des relocalisations massives forcées d’habitants” de la région de Kherson, notamment de Skadovsk et de Kahovka, vers la Crimée ou vers la Russie, affirme le ministère ukrainien des Affaires étrangères. “Des délocalisations similaires sont également menées par la Russie dans les régions de Zaporozhye, Lougansk et Donetsk, ainsi qu’en Crimée”, ajoute le ministère, qui souligne que ces délocalisations s’accompagnent de “pillages par les occupants russes d’installations industrielles, culturelles, éducatives et des institutions médicales, ainsi que des maisons et des appartements privés.”

Reprise des exportations de céréales

Pays de destination des exportations de céréales de l'Ukraine par voie maritime, de juillet au 1er novembre
Pays de destination des exportations de céréales ukrainiennes par voie maritime, de juillet au 1er novembre — Jonathan WALTER, Anibal MAIZ CACERES / AFP

Moscou a repris mercredi sa coopération sur un accord d’exportation de céréales depuis les ports ukrainiens après l’avoir suspendu samedi 29 octobre à la suite d’une attaque contre sa flotte en Crimée. Jeudi, sept cargos transportant près de 300 000 tonnes de céréales et de produits agricoles ont pu appareiller, la Russie estime avoir reçu des assurances de Kiev sur la démilitarisation du corridor humanitaire en mer Noire.

Lire Aussi :  que disent les derniers sondages pour les démocrates et les républicains ?

L’accord céréalier signé en juillet sous les auspices des Nations unies et de la Turquie expire le 19 novembre. Les pays du G7 et le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, demandent donc à la Russie de prolonger cet accord, qui a permis l’exportation de dix millions de tonnes de céréales et autres produits agricoles depuis le 1er août, atténuant ainsi la crise alimentaire provoquée par cette guerre. .

Il n’y a pas de “bombe sale” en Ukraine.

Mode de fonctionnement "bombe sale"au centre d'accusations mutuelles entre l'Ukraine et la Russie.
Le mode opératoire de la “bombe sale”, au centre d’accusations mutuelles entre l’Ukraine et la Russie. – IRIS ROYER DE VERICOURT, ALAIN BOMMENEL, ANIBAL MAIZ CACERES / AFP

Kyiv et Moscou s’accusent mutuellement de préparer l’utilisation d’une “bombe sale”. Le président russe Vladimir Poutine a demandé la semaine dernière à l’AIEA d’inspecter les sites nucléaires ukrainiens « dès que possible ». C’est fini maintenant. L’AIEA a assuré jeudi n’avoir détecté à ce stade “aucun signe d’activités nucléaires non déclarées” sur les trois sites inspectés : l’Institut de recherche nucléaire de Kyiv, l’usine minière de Jovty Vody et l’usine de Dnipro (centre-est).

Les prix continuent de grimper en France

Graphiques montrant l'évolution mensuelle des prix en France depuis 2010
Graphiques montrant l’évolution mensuelle des prix en France depuis 2010 – LAURENCE SAUBADU, SYLVIE HUSSON / AFP

Selon les données harmonisées d’Eurostat, l’inflation en France a atteint 7,1% en un an. En raison de la hausse des prix, largement liée à la guerre en Ukraine, le gouvernement a présenté mercredi en Conseil des ministres une deuxième proposition de modification du budget pour 2022, qui prévoit le versement d’un nouveau chèque énergie pour les plus modestes, en le montant de 1,5 milliard d’euros, mais aussi une prolongation du rabais à la pompe jusqu’au 15 novembre, pour 440 millions d’euros. Le gouvernement ajoute 275 millions d’euros de financement pour aider les universités et les organismes de recherche à faire face à la hausse des coûts énergétiques, ainsi que 200 millions d’euros supplémentaires pour les coûts de carburant du Département des forces armées.

Lire Aussi :  Le professeur Nassirou Bako Arifari conte l’histoire

Jeudi, Elisabeth Borne a également annoncé la création d’un “fonds d’aide alimentaire durable” de 60 millions d’euros en 2023, qui doit permettre aux Français “les plus fragiles” d’accéder à une “alimentation de qualité”. Le coupon alimentaire initialement annoncé n’est pas dans le budget 2023. Il était destiné à permettre aux ménages à faible revenu d’acheter des produits frais et locaux, mais compte tenu de la complexité du système, le gouvernement a annoncé en juin qu’il serait fusionné en un plus simple ” chèque d’inflation », distribué en début d’année scolaire.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button