Festival international du film de Marrakech –

La magie du cinéma revient avec l’ouverture du 19e Festival international du film de Marrakech, qui se déroulera du 11 au 19 novembre 2022. Tilda Swinton, Paolo Sorrentino, Jim Jarmusch, Asghar Farhadi… De grands noms du cinéma d’auteur seront de la partie. , après deux ans d’écran blanc en raison d’une crise sanitaire. Le FIFM dit vouloir donner la priorité aux “jeunes talents qui façonneront le cinéma de demain” dans la compétition officielle, tout en déroulant le tapis rouge aux stars du septième art, qui affluent en grand nombre dans la capitale touristique pour chaque édition. Maroc. La rencontre entre ces deux univers est “la singularité de la ligne éditoriale du festival”, explique Rémi Bonhomme, le directeur artistique du festival.

Sorrentino, Jarmusch, Carax, entre autres, sont des auteurs reconnus pour le retour du festival international du film de Marrakech. Programme”Dans une conversation avec» revient pour une série d’échanges qui s’annoncent intenses et passionnants avec des personnalités du cinéma mondial. Discussions ouvertes avec des artistes qui partageront généreusement leur vision et leur pratique du cinéma devant le public marrakchi, entre présentations d’anecdotes brillantes et délicieuses.

Conformément au positionnement du festival, les premiers et deuxièmes longs métrages seront présentés en compétition officielle afin de révéler et promouvoir les nouveaux talents du cinéma mondial. Parmi les 14 films sélectionnés, 10 sont des longs métrages, et 6 d’entre eux sont signés par des femmes. La sélection éclectique provient de 14 pays différents, dont 2 d’Amérique latine : Brésil et Mexique, 3 d’Europe : France, Portugal et Suisse, 4 de la région MEA et sa diaspora : Maroc, Suède, Somalie, Syrie, Tunisie, ainsi que comme ce sont l’Australie, le Canada, l’Iran, l’Indonésie et la Turquie. Bref, quatorze longs métrages seront de la partie, dont six réalisés par des femmes, du Mexique au Portugal en passant par l’Iran. Étoile d’or, le plus grand prix. Un jury international présidé par le cinéaste italien Paolo Sorrentino les départagera. Le réalisateur et scénariste oscarisé Paolo Sorrentino est aujourd’hui l’un des représentants les plus célèbres et les plus fascinants du cinéma italien. Riche d’une douzaine de films et de séries, son travail explore des thèmes contemporains et apporte une réflexion singulière sur le pouvoir, la politique et la religion, entre autres. Paolo Sorrentino, auteur à l’imagination débridée, animé par une ambition esthétique sans cesse renouvelée, a été primé dans les plus grands festivals et événements cinématographiques du monde.

Lire Aussi :  Pourquoi le prochain match international de rugby en région Centre-Val de Loire se jouera à Tours et non à Bourges

“Pour moi, le Festival de Marrakech est le lieu où mon rêve de voir de nombreux films avec Martin Scorsese et de passer des journées au cinéma avec lui et d’autres collègues talentueux s’est réalisé. C’est un honneur de revenir cette année en tant que président du jury. Je Je crois, je veux croire, que les cinémas seront à nouveau remplis et je suis sûr que beaucoup de beaux films seront projetés prochainement. Assister à ce renouveau depuis un lieu si symbolique, découvrir les cinémas de demain depuis un lieu culturel et géographique aussi intéressant point de vue sera un cadeau supplémentaire », a-t-il dit.

Président du Jury Paolo Sorrentino Claudio Porcarelli.

Napolitain, oscarisé pour Grande Bellezza, 2013, sera soutenu par l’acteur français Tahar Rahim, la réalisatrice libanaise Nadine Labaki et l’actrice germano-américaine Diane Kruger, entre autres. Il est indestructible Une épingle, film d’animation et adaptation du conte de fées de Carlo Collodi réalisé par le réalisateur mexicain Guillermo del Toro, qui sera projeté en ouverture du festival. Ils rendront hommage au réalisateur américain James Gray (Petite Odessa, Cité perdue Z) et l’actrice écossaise aux multiples facettes Tilda Swinton, qui a présidé respectivement le jury du FIFM en 2018 et 2019. Le festival célébrera également les carrières de l’éminente cinéma marocaine Farida Benlyazid et de l’acteur indien Ranveer, star de Bollywood Singh.

Lire Aussi :  des tirs sur les manifestants après un hommage à Mahsa Amini

Pour cette édition, le FIFM propose un large éventail d’invités dans le cadre de sa célébrité Conversations. Le public de Marrakech aura l’occasion de discuter avec des auteurs tels que le maître iranien du suspense Asghar Farhadi, deux fois oscarisé pour divorcer, en 2011 et Client, en 2016.

Le talentueux et très mystérieux Leos Carax, au discours rare, devra se livrer à un exercice de questions-réponses. Sont également annoncés Jim Jarmusch, chouchou du cinéma indépendant américain, et le Suédois Ruben Östlund, double lauréat cannois. Les festivaliers occuperont les lieux emblématiques de la ville rouge pendant huit jours et huit nuits.


A commencer par la place Jamaa El-Fna (Place des Morts) qui, comme chaque année, présentera des projections en plein air, à l’honneur de la science-fiction avec la récente dunes, 2021, de Denis Villeneuve ou Ad Astra,2019 par James Gray. Au musée Yves Saint Laurent, près du célèbre jardin Majorelle, très apprécié des touristes du monde entier, se trouvera une intéressante section “11e continent”, où seront présentés des films d’archives récemment restaurés, tels que Moto Muna 1975, le Camerounais Jean-Pierre Dikongué-Pipa ou réunion de Beyrouth,1981, Libanais Borhane Alaouié. Ainsi que des travaux qui sortent des sentiers établis, comme par ex. Eami2022, du Paraguayen Paz Encin, ou Le bon non. 21 alias Restauration de la Solidarité2022, Palestinien Mohanad Yaqubi.

Lire Aussi :  Un couple fan de la marque se marie chez Aldi

Les visiteurs pourront voir ou revoir 15 films qui ont été présentés ou primés dans les grands festivals cette année, entre autres Sans l’ours, l’Iranien primé Jafar Panahi, incarcéré à Téhéran depuis juillet. Cette romance a remporté le prix spécial du jury à la Mostra de Venise 2022. Autre film primé à la Mostra, Saint Omer, la Française Alice Diop, Grand Prix du Jury, sera projetée lors des séances spéciales. “Cette 19e édition réunit différents domaines du cinéma à travers 76 films” représentant “33 pays et couvrant ainsi tous les continents”, se félicite Rémi Bonhomme.

En marge de la célébration, le FIFM organise depuis 2018 les Ateliers de l’Atlas, un programme de soutien aux jeunes cinéastes d’Afrique et du Moyen-Orient porteurs de projets en développement et de films en post-production. L’un des lauréats de ces ateliers, le réalisateur égyptien Omar El Zohairy, a remporté en juillet le Grand Prix de la Semaine de la Critique cannoise pour le strip-tease. plumes.

Marie-Christine Tayah avec l’AFP

Instagram : @mariechristine.tayah


Abonnez-vous à notre newsletter



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button