France-Australie : l’offre de coopération sur les sous-marins «reste sur la table», assure Macron

Contrat rompu… mais sur le point d’être renouvelé ? Emmanuel Macron a affirmé jeudi à Bangkok que l’offre de coopération sous-marine de la France avec l’Australie restait “sur la table”. “Elle est connue, elle est toujours sur la table”, a-t-il dit, en répétant qu’il s’agissait de sous-marins à propulsion conventionnelle, au lendemain de sa rencontre avec le Premier ministre australien Anthony Albanese en marge du sommet du G20 à Bali.

La signature de l’alliance AUKUS entre l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni a poussé Canberra à annuler en 2021 un important contrat d’achat de 12 sous-marins français conventionnels, qui seraient construits en Australie. Le pays d’Océanie a plutôt décidé d’acheter des sous-marins à propulsion nucléaire aux États-Unis ou au Royaume-Uni, un grand changement pour un pays à faible capacité nucléaire.

Lire Aussi :  plusieurs milliers de personnes dans le cortège

Cependant, la livraison de ces sous-marins risque de prendre du temps car l’Australie doit rapidement renouveler ses capacités face à une Chine grandissante dans la région. “On verra comment ils s’adapteront aux difficultés”, a déclaré Emmanuel Macron, notant que “pour l’instant, ils n’ont pas décidé de changer de stratégie sur ce sujet”.

Sous-marins conventionnels ou nucléaires ?

Le travailliste Anthony Albanese, nouveau Premier ministre australien depuis mai, s’est engagé auprès d’Emmanuel Macron à réparer les relations bilatérales endommagées entre les deux pays. “Il y a un choix fondamental s’ils produisent des sous-marins sur place ou s’ils décident de passer au nucléaire”, a noté le président français.

Lire Aussi :  La finale de la Coupe de France juste avant le rallye de la Côte Fleurie 2023

Le chef de l’Etat a rappelé que la France n’expédie pas de sous-marins à propulsion nucléaire à l’étranger et donc l’offre reste conventionnelle. “Nous n’avons jamais mis en place une stratégie comme celle-ci”, a-t-il déclaré. Il a souligné que la solution française offrait à l’Australie une alternative qui garantirait sa “liberté et sa souveraineté”, et a rappelé que des sous-marins y seraient construits.

VIDÉO. Crise des sous-marins : “Je sais” que le Premier ministre australien m’a menti, assure Emmanuel Macron

Lire Aussi :  Un député LFI porte un brassard « en grève » pour protester contre « la mesure autoritaire » du 49.3

La crise avec l’Australie a sérieusement mis à mal la stratégie “indo-pacifique” de la France, qui possède de nombreux territoires et eaux dans la région et entend y prendre pied. Le président Macron tentera de relancer ces ambitions stratégiques lors du sommet de l’APEC à Bangkok, où il est le premier chef d’État européen à être invité.

« Dans cette région contestée, où s’affrontent les deux premières puissances mondiales (..), notre stratégie est : défendre la liberté et la souveraineté, équilibrer pour préserver la liberté maritime, équilibrer échange culturel, échange économique, développement technologique, aucun modèle d’hégémonie prévaut », a souligné Emmanuel Macron.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button