Ibrahim Maalouf, ascenseur pour l’échafaud

Ibrahim Malouf est un artiste hors des sentiers battus. Il a fallu son courage et sa folie pour ramener Louis Armstrong, Miles Davis, le roi des instruments de Lee Morgan au centre de la carte de la musique contemporaine. En quelques années glorieuses, la musicienne a réussi à (ré)embrasser ce « cuivre léger » en une héroïne instrumentale à la fois jazz, rock et populaire. Le malouf, c’est un vocabulaire musical pointu accessible au plus grand nombre, démocratisant un très haut niveau artistique.

Et cela, sa générosité de trompettiste, la doit à sa capacité à transporter le grand public des salles de concert en France et à l’étranger, sur et hors scène. Aller voir Ibrahim Malouf – ou l’écouter dans son salon – c’est entrer dans sa famille, partager les amitiés qu’il invite d’albums en spectacles uniques, à chaque fois un spectacle merveilleux. Aimer ce mec et sa musique, c’est refuser la tyrannie des genres, bousculer les frontières et s’affranchir des étiquettes. Ce jour, le compositeur publie La capacité d’aimer Un quinzième album résolument inclassable, bourré d’influences et d’invités prestigieux – De La Soul, Mathieu Chadid, JP Cooper, ou encore Sharon Stone, qui met un titre sur son clip et sa voix sur son visage. Le précédent disque de Maalouf, puissante collaboration avec Angélique Kidjo, sorti plus tôt cet été, est favori pour remporter le prix aux prochains Grammy Awards (en février 2023).

Lire Aussi :  Route de nuit - Dacia Spring, la mission impossible (livre)

Lire aussi : L’honneur terni d’Ibrahim Malouf

Rien ne semblait pouvoir l’arrêter : le 10 novembre, le compositeur était à l’auditorium de Radio France avec l’Orchestre national de France pour enregistrer sa Symphonie pour trompette et orchestre. Cette grande œuvre, qu’il commence à écrire à l’âge de 17 ans seulement, progresse à bon rythme jusqu’à ce que les attentats du 11 septembre 2001 stoppent brutalement son élan créatif. Était-ce une nouvelle crise, cette fois personnelle, pour en finir enfin ? En tout cas, 25 ans après sa première note sur papier, voici sa symphonie de clôture… En décembre, enfin, une tournée débutera pour célébrer cet air musical, une tournée qui débutera le 29 novembre, se terminera en 2023. à l’Acor ​​Arena à Paris. Des milliers de billets ont déjà été vendus. Extraordinaire revanche pour un homme qui reste pourtant la victime désespérée d’un des road-trips français les plus déchirants du mouvement #MeToo.

Lire Aussi :  Olivier Marchal se confie sur les menaces de mort que reçoivent ses quatre enfants

“Cette innocence, elle est partie”

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button