Inquiétude des ONG alors que la France suspend son aide au développement avec le Mali

Publié le :

La France suspend son aide au développement au Mali La décision, datant d’il y a quelques semaines, a été annoncée jeudi. Le Quai d’Orsay met en lumière le recours du gouvernement malien au groupe militaire russe Wagner, ce que Bamako dément.

Le Quai ajoute que Paris maintient toujours « Aide humanitaire » et un certain soutien pour « Mali , organisation de la société civile », sans préciser lequel. Cette décision a créé un émoi parmi les ONG. En 2020, la France a apporté 130 millions d’euros d’aide au développement au Mali. Dans une lettre au président de la République, ils dénoncent les conséquences de cette suspension pour les populations vulnérables.

Lire Aussi :  A l’Assemblée nationale, la sanction prise contre le député RN Grégoire de Fournas fragilise la stratégie de normalisation du groupe d’extrême droite

Louis-Nicolas Jandeaux, chargé de plaidoyer chez Oxfam France, dénonce une décision motivée par les tensions entre la France et le Mali : ” Toute cette aide au développement a été complètement sacrifiée par un échec diplomatique dans la région du Sahel. Il y a une vraie conséquence, qui est l’existence des organisations de la société civile malienne, qui vont perdre la quasi-totalité de leurs financements. Encore une fois pourtant, ce sont les retardataires qui s’assurent d’améliorer l’égalité femmes-hommes dans le pays, ce qui soutient la défense de la démocratie. »

Louis-Nicolas Jandeaux souligne le paradoxe entre le virage stratégique annoncé par la France dans la région et cette décision : C’est tout à fait paradoxal avec le virage stratégique souhaité par la France dans la région, qui veut réorienter sa politique vers plus d’action de développement, responsabilisant les acteurs sahéliens. C’était vraiment une décision qui allait à l’encontre de tout cela. »

Lire Aussi :  Grégoire de Fournas épinglé pour avoir employé des travailleurs étrangers

Nous sommes en train de démarrer »

Pour Bruno Fuchs, le membre français de la commission des affaires étrangères, il est trop tôt pour crier haro : “ Tout d’abord, les choses ne sont pas complètement résolues. On est en train de se lancer, ce qui veut dire que politiquement, la France ne peut plus travailler avec l’Etat malien. Et puis, je pense que dans chaque cas, il faut voir quelles associations et dans quelles circonstances on peut continuer à travailler au Mali. Il faut également tenir compte des questions de sécurité, de faisabilité, de capacité une aide au développement garantie, mais la France devait rester aux côtés du peuple malien. »

Lire Aussi :  « Le décrochage de la France en matière d’innovation a largement contribué à sa perte de compétitivité »

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas laisser Wagner et Malian face à des groupes armés djihadistes qui prétendent protéger le peuple.Le vice-ministre français a confirmé. Alors l’aide d’urgence, c’est sûr, ça va continuer côté français. Et le reste, je pense qu’il y aura des discussions dans les prochains jours pour voir l’ampleur de l’aide que la France continuera à donner. ? »

►À lire aussi : L’Association malienne des droits de l’homme dénonce la décoration Houka-Houka

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button