“Je n’ai pas envie que la France devienne celle que le député Carron nous propose”. Les défenseurs de la corrida rassemblés à Pau et Mont-de-Marsan

De nombreuses manifestations en défense de la tauromachie ont eu lieu ce samedi. A Pau et Mont-de-Marsan, les participants s’inquiétaient d’un projet de loi visant à obtenir une interdiction sur tout le territoire français. Tous ont dénoncé une atteinte au patrimoine culturel du sud et du sud-ouest.

Tout ce qu’il faut savoir sur le championnat du monde de pelote basque :
Championnat du Monde de Pelote Basque 2022

“C’est vraiment symbolique. Il faut se rendre dans les lieux de pouvoir, qui sont les départements, pour interpeller poliment le président de la République.”, explique André Viard, président de la Fédération des villes taurines de France. Autour de lui, Environ 500 personnes se sont rassemblées à Mont-de-Marsan pour protester contre un projet de loi qui interdirait complètement la tauromachie..
La pratique a été interdite en France, mais 56 villes taurines, situées dans le sud et le sud-ouest de la France, en sont exemptées. C’est pourtant dans cette exception que le député LFI Nupes Aymeric Carron a voulu revenir avec son projet de loi. “Nous demandons au président de rejeter à la majorité ce projet de loi draconien et dangereux.”André Viard poursuit.

Lire Aussi :  Ce n’est pas après Macron et Philippe que Buzyn est le plus en colère

Des mobilisations similaires ont lieu dans plusieurs villes du sud-ouest. Ils comptent quelques dizaines de personnes ce samedi à Pau, rassemblées devant le quartier. Délégués, maires, toreros ou simplement défenseurs taurins. Les manifestants ont déclaré que le projet de loi visait des traditions profondément ancrées dans la culture locale. “Je suis totalement opposé à ce projet de loi, Indigné David Habib, député concerné ne s’est pas inscrit dans la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Il émanait d’un député du 18e arrondissement de Paris qui voulait systématiser la France entière. Ce n’est pas le sud-ouest ! Aymeric carotte ne connaissent pas la France, notre identité, notre culture et nos traditions. Et l’une de ces traditions est la tauromachie.

Il n’y a pas que la tauromachie. C’est la bataille du foie gras, de la chasse, de ce qui fait la singularité du Sud et du Sud-Ouest.

David Habib, député non inscrit de la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques.

en France 3 Pau nam Aquitaine

Un poste également occupé par Josy Poueyto, élu dans la 1ʳᵉ circonscription des Pyrénées-Atlantiques et se présentant comme “un député n’est pas allé à la tauromachie, a perdu son poste”.
En revanche, je les défends, car je considère cela comme le patrimoine culturel de notre territoire. C’est un dispositif en préparation : je ne veux absolument pas que la France soit la France que nous proposait le député Carron.“.

Lire Aussi :  Natation - Championnats de France petit bassin : Pauline Mahieu reine du 100 m dos, Analia Pigrée sa dauphine

Dorian Canton est un torero professionnel. “Pour un torero comme moi, qui n’a actuellement aucune chance de Espagnecette suggestions la loi met en péril ma carrière”note le jeune homme.

“Cela met également en péril la carrière des autres toreros de France, et de tous les éleveurs de gaur, qui ont des centaines de têtes de taureaux et qui sont en voie de disparition. Le jour de la corrida n’est plus, le brave taureau n’est plus.”, il s’inquiète.

Il existe 56 villes taurines en France. Il y a 4 à 5 corridas par feria. A chaque fois, nous embauchons des éleveurs, des toreros, cela représente une économie exceptionnelle. Sans oublier les restaurants et les bars.

Dorian Canton, torero professionnel

en France 3 Pau nam Aquitaine

Une délégation d’élus a obtenu un entretien avec le directeur de cabinet du ministre, avec qui ils ont lancé une motion symbolique pour défendre la liberté culturelle.
Le projet de loi d’Aymeric Carron sera examiné le 24 novembre au Parlement. Il est sorti à la quatrième place et a été rejeté par le Comité législatif. Cependant, Dorian Canton et plusieurs toreros prévoyaient de se rassembler en uniforme devant le palais Bourbon le 24 novembre à Paris.

Lire Aussi :  En France, tous les cinq jours, un enfant est tué par l'un de ses parents, alerte l'Unicef



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button