«Je ne me fais pas de soucis pour Ntamack», balaie Giroud

Thibault Giroud, directeur des performances de France XV. AFP

Le directeur de la performance des Bleus revient sur le choc épique contre les Boks, le match à venir contre le Japon et évoque le cas de plusieurs joueurs, dont l’ouvreur tricolore.

Situation militaire après les Springboks

“C’était très physique. Néanmoins, c’était le match le plus court depuis le quart de finale de la Coupe du monde 2019 contre le Pays de Galles. Nous avons eu 27 minutes de temps de jeu effectif. En moyenne, il est d’environ 37-38 minutes à l’international. Nous sommes en bas. Après, ça tape fort, c’est beaucoup de bataille… Les données de bataille sont multipliées par deux ou trois, c’est sûr. Les joueurs ont eu droit à deux jours de repos. Étonnamment, nous avons eu des joueurs assez frais. Les joueurs se sont bien entraînés aujourd’hui (mercredi). C’est compliqué 24-48 heures après le match. Mais nous essayons de familiariser les joueurs lors de nos entraînements.

Une semaine sans Antoine Dupont

“Le collectif est plus important par rapport à l’individualité. On sait que c’est un joueur clé du XV de France. Mais Antoine est absent pour un carton, mais il peut se blesser à tout moment et nous devons nous passer de lui. D’autres joueurs peuvent le remplacer. Nous nous préparons à cela. On a des joueurs de haut niveau qui peuvent nous aider à rattraper ce genre d’absences. (…) Ce n’est pas bien de ne pas l’avoir, mais c’est valable pour n’importe quel joueur. Ce n’est pas Antoine Dupont qui a rendu la France collective. Mieux vaut que cela se produise maintenant que pendant la Coupe du monde. C’est bien de pouvoir s’adapter sans notre premier choix dans la mêlée.

Lire Aussi :  Volleyeuse assise, la tarnaise Lynda Medjaheri rêve des Jeux olympiques de Paris en 2024

Le titulaire doit être enchaîné

“Si vous faites la tournée de novembre, c’est la seule fois où vous pouvez combiner trois matchs de haut niveau sans une semaine de congé. Ce qu’on n’a pas pendant le Tournoi ou la tournée estivale. On approche de la phase finale de la Coupe du monde : quart, demi, finale. Il est important que nous voyions comment nous pouvons nous adapter à cette programmation. Et comment les joueurs peuvent-ils s’adapter à trois matchs de haut niveau sans avoir besoin de se reposer. Bien qu’on puisse croire que le Japon n’est pas sur le papier le pays principal, on voit cet été qu’ils vont nous apporter la bataille, la vitesse.«»

Lire Aussi :  Georges Engel au Conseil 'Éducation, jeunesse, culture et sport' à Bruxelles

Changement de configuration ?

“Le rugby reste une alliance entre le match et la course longue distance, nous devons être prêts dans les deux domaines. Les Australiens nous proposent une tournée, les Sud-Africains sont en guerre, je pense que le Japon, ça va être un mélange des deux. Comme un peintre, nous avons trente couleurs disponibles, nous ne pouvons pas nous contenter d’utiliser vingt couleurs et laisser le reste de côté. Nous devons être prêts pour n’importe quel scénario.

Aucun contact pour Danty en formation

«Jonathan a été maintenu à l’intensité du combat de mercredi. C’est aussi jeudi mais ce sera OK pour ce week-end. Ça l’a frappé fort au visage. Après examen, il n’y a pas de suspicion de fracture du plancher orbitaire. On le remet dans le “jeu”. On essaye de s’adapter, il ne court pas lundi, il n’y a pas de contact. Nous verrons l’évolution. Mais nous essaierons d’intégrer les contacts le plus tard possible.

Lire Aussi :  Pourquoi les supporters français seront privés de Casa Bleue au Qatar

Ntamack était moins affirmé

“C’est difficile à dire. Lors de la mise en place, il coche toutes les cases. Nous n’avons aucun problème sur le plan sportif. Après cela, le match devient de plus en plus difficile. Les joueurs sont suivis, en particulier nos charnières. Nous ne pouvons pas toujours être au top de chaque match, toute l’année, tous les jours. Je ne m’inquiète pas pour Romain. Ça va aller. Nous, dans le show-business, si nous avions eu le moindre doute sur ses capacités athlétiques à son retour, nous aurions fait l’inverse. Mais il a coché toutes les cases.

Belle performance Macaulou

“Sekou, on connaît la qualité qu’il a. C’est un gars qui fait 115 bars, qui court à 36 ou 37 de l’heure ! Il n’y a pas beaucoup de gens sur la planète rugby qui peuvent jouer à plusieurs postes. On attendait depuis un moment une grosse performance de sa part, ce fut le cas contre les Springboks. C’est super pour l’équipe, c’est super pour lui !

Interviewé à Marcoussis

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button