Kiev nie toute intention de recourir à une « bombe sale » ; Washington assure que les accusations russes sont « clairement fausses »

Des milliers d’enfants ukrainiens sont transférés en Russie pour adoption, selon l’enquête du New York Times

Depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, des milliers d’enfants ukrainiens ont été transférés en Russie pour y être adoptés, avant de devenir citoyens russes, explique le quotidien américain. New York Times dans une enquête.

Le journal a pu parler aux enfants, à leurs proches et aux familles adoptives. La télévision d’État russe montre régulièrement des politiciens offrant des ours en peluche aux nouveaux arrivants, dépeints comme des enfants abandonnés tirés de la guerre par Moscou.

Mais ces transferts massifs d’enfants sont un crime de guerre potentiel, selon le New York Times, que ces enfants soient orphelins ou non. Si beaucoup d’entre eux viennent en réalité d’orphelinats et de foyers, selon l’agenda, les autorités russes et pro-russes ont également pris des enfants dont les parents ou les tuteurs légaux réclament.

Cette politique d’adoption répond à une stratégie plus large visant à traiter l’Ukraine comme une partie intégrante de la Russie et à justifier l’invasion du pays comme une noble cause, selon le New York Times. Le journal ajoute que le gouvernement russe utilise ainsi les enfants – en particulier, et surtout, les plus malades, les plus pauvres et les plus vulnérables – pour servir sa campagne de propagande et présenter la Russie comme un sauveur.

Lire Aussi :  EN DIRECT - Ukraine : Zelensky réclame 38 milliards de dollars à la communauté internationale

Parmi les enfants interrogés dans l’article, Ania, 14 ans, a fui le centre médical où elle séjournait à Marioupol pour soigner sa tuberculose. Le bus qui devait l’emmener à Zaporijia a été détourné vers un poste de contrôle russe, selon des enfants également présents dans le véhicule, avant d’être acheminé vers Donetsk, la capitale éponyme de la région administrative occupée par les Russes depuis 2014 et récemment annexée par le Fédération de Russie. Selon le quotidien américain, la république pro-russe autoproclamée est au cœur de la politique d’adoption de Poutine.

Lire Aussi :  Formule 1 - Adrian Newey le génial "dinosaure" de la F1 : les titres constructeurs de Red Bull, c'est lui

Lors de son vol, Ania n’a pas pu emporter son carnet de croquis, dans lequel elle gardait le téléphone de sa mère. Elle vit maintenant dans une famille d’accueil près de Moscou, qui, selon elle, la traite bien. Bientôt, il deviendra officiellement russe. “Je ne veux pas. Mes amis et ma famille ne sont pas là”regrette la jeune femme, qui a communiqué à plusieurs reprises avec le journaliste américain par le biais de messages et mémos vocaux.

La New York Times il a également rencontré un habitant de Salekhard, en Sibérie. Elle a adopté quatre enfants ukrainiens, âgés de 6 à 17 ans, tous de l’oblast de Donetsk. « Notre famille est comme une petite Russie. La Russie a accueilli quatre territoires et [ma] famille, quatre enfants », elle revendique. Elle attend l’arrivée d’un cinquième Ukrainien et les considère tous entièrement russes : « Nous ne prenons pas ce qui ne nous appartient plus. »

Pour convaincre les plus grands, Moscou leur promet une vie exceptionnelle en Russie, rapporte le journal américain. « On nous a dit : ‘Si vous voulez des gadgets ou des vêtements, faites-le nous savoir. Nous vous achèterons tout. Si tu veux tu peux partir [vers la Russie] et détendre. Montrons Moscou. Et si tes parents t’ont abandonné, c’est qu’ils n’ont pas besoin de toi. Nous allons vous aider” “rapporte Timofeï, 17 ans.

Lire Aussi :  Ouverture du 8e Salon international du textile africain au Togo

Le nombre exact d’enfants envoyés en Russie pour adoption n’est pas connu. Les autorités russes ont refusé de répondre aux New York Times. Kyiv, pour sa part, ne tient pas un décompte précis, mais comprend que ces enfants se comptent par milliers. En avril, Moscou a annoncé que plus de 2 000 enfants étaient arrivés en Russie, pour la plupart en provenance d’orphelinats et de foyers situés dans des territoires occupés depuis 2014.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button