La BCE durcit encore l’accès au crédit pour endiguer l’inflation

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a exhorté les gouvernements de la zone euro à “réduire” leur dette publique.

La Banque centrale européenne a procédé jeudi à un nouveau virage de sa politique monétaire pour lutter contre l’inflation, malgré le risque de récession, en relevant fortement les taux. Comme attendu, le Conseil des gouverneurs de la BCE, composé de 25 membres, a relevé ses taux directeurs de 0,75 point pour la deuxième fois, après une hausse sans précédent en septembre.

L’administration de Francfort est sous pression pour contrôler l’inflation record, alimentée par la flambée des prix des denrées alimentaires et surtout de l’énergie, à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine. L’inflation dans la zone euro a approché les 10 % en septembre, près de cinq fois l’objectif de 2 % de la BCE.

Comme d’autres banques centrales, la BCE réagit par des mesures visant à rendre le crédit plus cher pour les ménages et les entreprises. Dans une crise économique, c’est un choix difficile, mais les défenseurs de l’euro estiment que la hausse des prix est plus néfaste que le durcissement des conditions financières.

Sur le marché obligataire, les taux d’intérêt des gouvernements européens ont fortement baissé à la suite de ces annonces. Le taux obligataire allemand à 10 ans est tombé à 2,01% à 16h25 (2h25 GMT) contre 2,20% à 13h (11h GMT). Il retrouve ainsi des niveaux jamais vus depuis début octobre, quand les investisseurs pariaient sur un ralentissement du rythme de hausse des taux directeurs des banques centrales. Idem pour le taux dix ans français, qui est tombé à 2,51%, contre 2,73% au plus haut de jeudi et après avoir dépensé environ 2,9% en octobre. Le taux italien est même tombé à 4,10 %.

Lire Aussi :  L'Expression: Economie - Comment préparer l'horizon 2030

Les avis sont passés

voyagerLa normalisation monétaire n’est pas terminée, a prévenu la présidente de la BCE, Christine Lagarde :Il reste encore un long chemin à parcourirEt de nouvelles augmentations se produiront dans un effort pour faire baisser les prix. Jusqu’où la BCE est-elle prête à aller ? L’évolution des prix déterminera cela et des décisions seront prises.”Séance après séance“, elle a ajouté.

Les gardiens de l’euro ont également décidé jeudi de baisser les taux d’intérêt des prêts anti-crise.TLTRO“) accordées aux banques ces dernières années. En durcissant les conditions de ces prêts, la BCE va accroître la pression sur les coûts d’emprunt. Alors que les gouvernements européens débloquent des milliards d’euros pour soutenir le pouvoir d’achat et les entreprises, le durcissement rapide de la politique monétaire n’est pas toujours bien reçu.

Lire Aussi :  Un jeu "antifa" vendu à la Fnac crée la polémique, l'enseigne le retire de son site internet

Entré en fonction cette semaine, la nouvelle présidente du Conseil italien Giorgia Meloni a souligné «dangerReprésenté par une augmentation des taux d’intérêt, inclPour les États membres ayant une dette publique élevée“. Le président français Emmanuel Macron a dit “non”Casser la demandePour contrôler l’inflation.

là”Le potentiel d’une crise est élevé à l’horizon“Christine Lagarde a donné son accord jeudi. Mais elle a rejeté la critique de la politique monétaire : la hausse des taux est une décision”Le moyen le plus approprié de rétablir la stabilité des prix, qui est très importante pour la prospérité et la reprise de l’économie (…)“. Elle a également rappelé aux gouvernements de la zone euro leurs devoirs budgétaires : ils doivent faire tout leur possible.réduire» Taux d’endettement public élevé.

Le bilan, la prochaine étape

La BCE a mis fin à plus d’une décennie de taux d’intérêt ultra bas pour soutenir les prix en juillet. Avec la décision de jeudi, le taux des dépôts bancaires à la BCE, toujours négatif avant l’été et servant de référence en termes de liquidités, passe à 1,5%. Les deux autres taux directeurs, celui qui s’applique aux banques sur les opérations de refinancement dans quelques semaines et celui qui cible la facilité de prêt au jour le jour sont ramenés respectivement à 2% et 2,25%.

Lire Aussi :  PSG : pour prolonger, Mbapp a sign le plus gros contrat de l'histoire du sport - Football

La BCE sait qu’elle est attendue sur le dossier sensible de la réduction de son bilan, afin qu’elle puisse égaler ses efforts de lutte contre l’inflation. Ce bilan a atteint 8 800 milliards d’euros ces dernières années sous l’effet des programmes d’achats d’actifs pour soutenir l’économie. La BCE procède actuellement au refinancement de la dette à l’échéance, poursuivant sa pratique de baisse des taux d’emprunt à long terme.

Arrêter ce réinvestissement sera le prochain projet de l’administration pour lutter contre l’inflation, a confirmé Christine Lagarde, et des décisions seront prises.En décembre», a-t-elle prévenu. La BCE doit être compétente pour mener à bien ce traitement de réduction car «Serrage quantitatifUne trop grande volatilité pourrait exercer de nouvelles pressions sur les dépenses budgétaires des gouvernements.

voir également – Christine Lagarde annonce une hausse historique des taux de la BCE face à une inflation élevée

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button