La Maurienne va vous surprendre. Les transports Jacquemmoz à Modane

En 1955, Georges Jacomoz, habitant de La Praz, fonde l’entreprise familiale de transport. Il voulait conduire des trains, mais il échoua à l’examen et se tourna vers le transport routier sur les conseils de son oncle Emile de Martin, qui ne se séparera jamais de sa célèbre pipe et de sa femme. A bord d’un camion, il travailla remarquablement pour Pacini.

Le symbole de la société Jacquemmoz sera la flèche qui charge une bonne partie de la cabine du tracteur. Au début, une seule voiture circule sur les routes. “Aujourd’hui, la flotte est constituée de 280 camions”, révèle Philippe Jacomoz, fils de Georges et président de l’entreprise, qu’il a rejoint en 1980.

Lire Aussi :  Entrepreneurs, calculez l'aide que vous accorde l'Etat pour votre facture énergétique

Une fois créé, il fallait traverser le col du Monte Sines pour se rendre en Italie. Le tunnel du Mont Blanc a ouvert en 1965, puis le tunnel du Fréjus en 1981 : « C’était encore facile ». Mais en 1987, de nombreux poids lourds sont endommagés par les crues de la rivière Saint-Antoine. “On a su s’en remettre”, poursuit Philippe Jacomoz.

L’entreprise redémarre et grandit en rachetant Transport Demes à Saint-Julien-Montdens en 1991, puis Millert à Saint-Rémy-de-Morin en 1996. Aujourd’hui, Transport Jacomoz compte cinq agences : Modan (entreprise principale), Saint-Rémy-de-Morin, Montmélian, Lyon et Courtenay (Loiret), pour 340 salariés. Ses camions parcourent chaque année 33 millions de kilomètres en France, en Italie et dans le nord de l’Espagne. Dans les remorques, en particulier la nourriture et les pièces mécaniques.

Lire Aussi :  Coutances : découvrez le savoir-faire des ateliers Aubert-Labansat

Cette belle affaire est avant tout des affaires domestiques. Un autre fils de Georges, Stephen Jacomoz, rejoint l’entreprise en 1985. Au début, il était chauffeur, maintenant il est directeur général. Sa femme Corinne et Antonella, de Philippe, son frère Michel Darrier et son fils Geoffrey, sa tante Chantal Bozon, Frank et Vincent, fils de Philippe, et Antoine, de Stéphane, font partie de l’aventure. “Trois générations ont toujours permis à l’entreprise de continuer”, déclarent à l’unisson Philip et Stephen.

“Premier utilisateur du ferroutage entre la France et l’Italie”

Dans différentes institutions, ils se partagent les tâches. Ils soulignent : “Chacun se sent responsable, nous ne vivons pas dans le passé, nous devons nous développer pour l’avenir.” L’avenir, c’est justement Stéphane Ray : « Nous sommes soucieux de l’environnement et signataires de la Charte Adem, engagés dans la réduction de CO2. Nous sommes les premiers usagers du transport Surrey entre la France et l’Italie.

Lire Aussi :  Twitter va débuter les licenciements vendredi, 50% des employés concernés

Pendant cinq semaines, Le Dauphin libéré Vous êtes invités à voter pour l’entreprise la plus mignonne de Moraine. Retrouvez tous les articles, vidéos et sondages de l’Opération “La Morin va vous surprendre” en visitant notre site internet www.ledauphine.com

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button