l’Algérie fixe de nouvelles conditions

L’Algérie a mis en place de nouvelles réglementations pour la fabrication et l’importation de véhicules neufs qui se déclinent en deux spécifications pour chaque activité et elles ont été publiées au Journal Officiel ce jeudi 17 novembre.

Comme demandé par le président de la République, Abdel Majid Taboun, lors de la réunion du Conseil des ministres dimanche dernier, le détail des activités des concessionnaires automobiles en Algérie a été publié jeudi 17 novembre.

L’article 4 interdit les concessions multimarques, il précise “L’exercice de l’activité de concessionnaire de véhicules neufs est subordonné à la conclusion d’un contrat de concession liant le concessionnaire à un seul constructeur agréé”.

Parmi les pièces requises dans le dossier de candidature “Autorisation préalable”OMS “ne constitue pas une autorité pour exercer l’acte en fait”est une présentation « Un contrat particulier de concession ou un protocole d’accord est établi entre le constructeur agréé et le demandeur pour exercer l’activité de concession de véhicules neufs pour une durée minimale de cinq ans.

L’Algérie n’autorise pas l’importation de véhicules diesel

Lire Aussi :  Un nouveau catalyseur pourrait être la clé de l'économie de l'hydrogène

Pour exercer l’activité de concessionnaire automobile, une autorisation est nécessaire. Ce document est délivré par le ministère chargé de l’industrie après dépôt du dossier.

« Ne sont admis à l’importation par les concessionnaires de véhicules neufs, dans la catégorie des véhicules de tourisme, que ceux équipés d’une motorisation essence, électrique, hydrogène, hybride : essence/électrique, essence/hydrogène, ou GPL/GNV ou similaire, et dont les émissions de gaz sont conformes avec la loi et les règlements », L’article 29 précise les caractéristiques.

Lire Aussi :  Conjoncture. Activité économique en Grand Est : l’industrie marque le pas

Pour le prix de vente du véhicule, le cahier des charges interdit sa révision à la hausse après remise du bon de commande au client. “Le prix de vente figurant sur le bon de commande de véhicules neufs est ferme, révisable et non actualisable”.

Pour le délai de livraison de la voiture neuve commandée, il est fixé à 45 jours à compter de la date de commande. “Toutefois, ce délai peut être prolongé d’un commun accord des deux parties, sur la base d’un document écrit”.En cas de paiements “L’intégralité du prix du véhicule, le concessionnaire est tenu de livrer le véhicule neuf dans un délai de sept jours au plus tard”.



Source

Lire Aussi :  le Parlement valide la désignation de Luc Rémont comme futur PDG

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button