le franc CFA à l’origine des migrations ?

Les images datent de 2019, mais la vidéo est redevenue virale sur les réseaux sociaux depuis le 20 novembre 2022. On y voit Giorgia Meloni, l’actuelle première ministre italienne d’extrême droite, distribuer le franc CFA, une monnaie héritée de l’époque coloniale française. et commun à quatorze pays africains répartis dans deux régions, l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Elle a accusé l’État français, à travers cette monnaie, d’être à l’origine de l’appauvrissement des populations d’Afrique subsaharienne et de les pousser ainsi à l’exil vers l’Europe.

C’est ce qu’on appelle le franc CFA. C’était la monnaie coloniale que la France imprimait pour 14 pays africains, qui appliquaient un régime souverain et à travers laquelle elle exploitait les ressources de ces pays.“, a déclaré Giorgia Meloni, alors chef du parti d’extrême droite italien Fratelli d’Italia.

L’Afrique doit être libérée de certains Européens imprimant de l’argent pour quatorze pays africains “souverains”“, elle a ajouté. Une rhétorique couramment utilisée par les Italiens d’extrême droite. Actuellement, Luigi Di Maio, en tant que vice-Premier ministre italien, a accusé le franc CFA d’être une source d’immigration vers l’Europe.

La plupart des personnes qui se rendent en Afrique subsaharienne restent sur le continent.Foly Ananou, économiste au think tank idea Africa.

Ceux qui déménagent en Afrique subsaharienne, pour la plupart, restent sur le continent.rappelle l’analyste économique Foly Ananou duAfrique des Idées. Selon un rapport des Nations Unies, en 2019, la migration internationale concernait 272 millions de personnes et seulement 8,7% d’Africains. Parmi ceux-ci, 70% sont restés sur le continent africain. Pour autant, cette migration vers l’Europe est-elle liée à la monnaie elle-même ? Cela reste à prouver.

Lire Aussi :  France : la lutte contre les réserves d'eau s'inscrit dans la durée

A (re)voir : Le franc CFA est-il à l’origine de certaines migrations africaines ?

Le franc CFA, facteur fondateur d’une entreprise française ?

Selon l’argument de Giorgia Meloni, la migration s’explique par l’implantation d’entreprises françaises qui pillent les ressources de l’Afrique, poussant les gens à partir.

Il est vrai que le franc CFA est une opportunité pour implanter ces entreprises. Le franc CFA est lié à l’euro, c’est sa particularité. Si l’euro se déprécie, le franc CFA aussi et vice versa. Une entreprise française qui veut s’implanter en Afrique devra balancer entre euros et francs CFA pour gérer ses finances. Si le taux de change entre les deux devises ne change pas, alors c’est une opportunité évidente pour les entreprises françaises. “Comme le taux de change ne change pas, il n’y a pas de risque de change.», a souligné Foly Ananou.

Mais pour autant, la présence d’entreprises étrangères exploitant les ressources naturelles peut être une opportunité, a commenté l’économiste. Pour Foly Ananou, tout se passe au niveau de l’Etat. Par exemple, “Les États du Golfe, comme le Qatar, ont réussi à redistribuer cette richesse à leur propre peuple. Le défaut de ces pays africains est leur capacité à tirer parti de l’implantation de ces entreprises.“, a-t-il analysé. Cependant, lors de la signature du contrat, « Il y a encore un manque de gestion économique par les nations africaines elles-mêmes.”

D’autre part, le franc CFA à l’époque était lié au franc français. Seules les entreprises françaises peuvent bénéficier de cette association. Aujourd’hui, tous les pays de l’Union européenne dont la monnaie est l’euro peuvent investir sans risque de change dans ces pays, y compris les entreprises italiennes. En conséquence, le franc CFA n’est plus ce qu’il était.

Lire Aussi :  "Capital a été payé combien par l'Office de tourisme ?", "Ils nous vendent du rêve", "C'est carrément un écran publicitaire" : les twittos choqués par un reportage élogieux sur Dunkerque

Venez (re)voir : Cameroun : de plus en plus le rejet du franc CFA

Une monnaie forte, mais pas assez profitable au peuple

L’argument défendu par la France est la stabilité de cette monnaie. Selon le site France Diplomatie, cela pourrait permettre de soutenir une croissance de +0,3% en 2020, au milieu de la pandémie de Covid-19, dans les pays de la zone franc contre une récession de -1,7% en Afrique subsaharienne (FMI, octobre 2021).

La parité euro-franc CFA affaiblit la compétitivité des économies africaines, ce qui signifie que nos exportations sont très faibles.Kako Nubukpo, économiste, co-auteur du livre “Sortir l’Afrique d’un lien monétaire : à qui profite le franc CFA”

Mais cela ne veut pas dire que le franc CFA profite aux populations elles-mêmes. Co-auteur du livre “Sortir l’Afrique de l’esclavage monétaire : à qui profite le franc CFA”, édition La Dispute parue en 2016, l’économiste togolais Kako Nubukpo s’en était notamment montré critique dans une interview au magazine Afrique de TV5MONDE. “Cela affaiblit la compétitivité des économies africaines, ce qui signifie que nos exportations sont très faibles», a souligné l’économiste. Entre autres inconvénients de la monnaie, il a cité les difficultés d’emprunt en Zone franc, face à des taux d’intérêt à deux chiffres, la faiblesse du commerce intra-régional entre les Pays de la Zone franc (environ 15% ) et in fine l’absence d’objectif de croissance dans le mandat des banques centrales : l’autonomie de ces pays est menacée.

Il n’y a pas d’impôt français sur le franc CFA, mais des réserves africaines au Trésor français jusqu’en 2019

Initialement, après la Seconde Guerre mondiale, le franc CFA nouvellement créé signifiait «franc des colonies françaises d’Afrique“. Aujourd’hui, cela signifie “Communauté Financière Africaine.” Il n’y a jamais eu d’impôt monétaire ou monétaire en faveur de la France. La présidente du Conseil italien Giorgia Meloni parle de «la souveraineté” et de “pièces coloniales», car les pays africains doivent conserver 50 % de leurs réserves de change dans les caisses de la Banque de France : c’est ce qu’on appelle un compte de garantie.

Cette limitation a longtemps été débattue. “Les comptes garantis sont comme une opération pour s’assurer que ces pays ne feront rien de différent avec leur devise‘, argumenta Foly Ananou. Ces pièces ne peuvent pas être investies dans l’économie.

Mais depuis 2019, ces comptes hypothécaires n’existent plus en Afrique de l’Ouest. Cette obligation a été supprimée pour les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) suite aux réformes annoncées par Alassane Ouattara, président de la Côte d’Ivoire et Emmanuel Macron, président de la France. La France n’est plus présente dans les instances de régulation des Banques Centrales d’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

A (re)lire : Afrique : faut-il renoncer au Franc CFA ?

Cependant, la France a continué à imprimer des francs CFA. Les banques centrales africaines émettent des ordres d’impression de billets et de pièces dans le cadre de contrats avec la Banque de France. Selon l’économiste Foly Ananou, les critiques de l’intervention des pays européens en Afrique, “de nature plus géopolitique que l’argent lui-même.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button