Le prix du passe Navigo devrait grimper à 90 euros

Il semble que le jeu soit maintenant à l’arrêt. Pourtant, les sénateurs ont longuement hésité mercredi soir sur les graves difficultés financières d’Ile-de-France Mobilités (IDFM) et la dégradation des transports parisiens.

Réclamée à gauche et proposée par le sénateur (LR) Philippe Tabrot, une augmentation de la prime de mobilisation, une taxe sur les salaires des entreprises de plus de 11 salariés, a fini par diviser la majorité sénatoriale à droite. Et le compteur a gagné. Ce complément de revenu de 180 millions d’euros pourrait permettre à la directrice de l’IDFM Valérie Pécresse (LR) de limiter la hausse du passe Navigo à 80 euros. Mais il semble que cette tendance va plus loin et c’est désormais un abonnement à 90 € qui augmente.

“Ce que je regrette, c’est que j’ai l’impression que le gouvernement est ailleurs.”

Cette défaite est la plus dure pour l’ancien candidat à la présidentielle, car ce sont les sénateurs de son propre parti qui ont voté massivement (116 contre, 28 pour). Parmi eux figurent des élus de France, comme Christian Lavard (LR) ou Philippe Pimzic (LR) des Hautes-de-Seine, Daphné Rocket-Maddox (LR) de l’Essonne, Philippe Dominati (LR) de Paris. Sans oublier les centristes, au premier rang desquels Hervé Marcel, maire de Médonne (Hautes de Seine) également majoritairement opposé à la démarche.

Lire Aussi :  Coutances : découvrez le savoir-faire des ateliers Aubert-Labansat

En prison, le gouvernement “Ce que je regrette dans tout ça, c’est qu’on ait l’impression que l’Etat est à un autre endroit”, a déclaré Roger Crocchi (LR), qui a voté et qui veut être à l’IDFM pour le covid-19 contre lequel la part des avances à payer sera payé. convertis en actions.

“Faisons attention aux solutions simples”, a prévenu le ministre des Comptes publics et ancien conseiller municipal et député des Hauts-de-Seine Gabriel Atal, pour qui “il n’y a pas de solution magique”. Il a déclaré: “Les discussions se poursuivront au niveau du Premier ministre et des ministres”.

Décision en décembre

“Dans l’hémicycle, on est presque tous pour. Si on avait voté à main levée, ça serait passé”, a déploré Philippe Tabrot au téléphone jeudi matin. Il a fallu un vote public pour porter”, une arme qui comprend le vote à distance et est utilisé à la place lorsque le groupe est minoritaire. “Cette fois, ils l’ont utilisé contre l’amendement de leur parti. Ce qui n’est pas très intéressant”, déplore le sénateur des Alpes-Maritimes.

Lire Aussi :  Labellisée BCorp, l'entreprise Kanata.fr opte pour le #GreenFriday

Abandonnée par le Sénat, la proposition d’augmentation de l’indemnité de mobilité ne sera donc pas présentée aux élus. Il est également moins probable qu’il soit maintenu par le gouvernement. Gabriel Attall, l’ancien vice-chancelier français, s’y est fortement opposé. Cette mesure ne devrait donc pas figurer dans le projet de loi de finances 2023. “Ce sont les sénateurs anti-amendement qui porteront la responsabilité de l’explosion des prix”, accuse Philippe Tabrut. Le montant de la majoration du forfait Navigo doit être décidé le 7 décembre prochain lors du prochain conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités.

L’agence de transport fait face à une crise de financement sans précédent due à l’inflation et aux effets de la crise prolongée du Covid-19. Sur le budget annuel de 10,6 milliards, il manque encore 950 millions d’euros. Les collectivités (régions, départements et paroisses) ont fait des efforts de 100 millions (+7,5%). Mais le gouvernement n’a pas donné de suite positive aux différentes demandes de soutien de Valérie Pécris, comme l’annulation du « prêt Covid » de 2 milliards d’euros, ou la baisse de la TVA à 5,5 %, qui rapporte environ 150 millions d’euros.

Lire Aussi :  feu vert de l'UE pour prolonger et augmenter les aides d'Etat aux entreprises

Ce vote de la chambre haute a suscité de nombreuses réactions. “Au Sénat, Macroni et la droite de Valérie Picris ont rejeté l’augmentation du plafond des paiements de mobilité. Le résultat ? Le prix du Pass Nuevo risque tout simplement d’exploser ! C’est juste dommage”, a déclaré David Billiard, adjoint aux Transports à Paris. (EELV) a tweeté. « Les consommateurs sont de bons élèves de l’environnement. Il faut les encourager et non les décourager. Comment comprendre que d’autres ressources ne sont pas dynamiques, en même temps, l’État peut financer des énergies fossiles, des carburants entre autres. Face à une crise généralisée du pouvoir d’achat ? L’association La Vignette du Respect s’interroge.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button