le projet de Groix-Belle-Ile tombe à l’eau

Il n’y aura pas d’éoliennes depuis Groix et Belle-Île-en-Mer (Morbihan). La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Shell est l’un des trois membres du consortium chargé de financer, construire et exploiter la “ferme pilote” avec la Caisse des dépôts et consignations et la China General Nuclear Power Company. la sortie du projet, la confirmation de l’information a été publiée sur le site le jour même les oreilles.

A lire aussi : Cet article est dédié à nos clients Comment la France compte sur les éoliennes pour produire de l’électricité

C’était le projet “Il fait face à un certain nombre de défis techniques, commerciaux et financiers (…) Face à l’inflation, à la persistance des coûts et au durcissement des contraintes sur la chaîne d’approvisionnement”Selon un communiqué de Shell. Une augmentation significative du prix des matières premières et une augmentation du prix de l’énergie ont été meilleures que cela “Viabilité économique” Du Parc de Groix-Belle-Ile.

Lire Aussi :  4 bonnes raisons de créer un site web pour son entreprise - Actualités Entrepreneurs - Entreprises

Après un appel d’offres, le projet de trois éoliennes a été attribué en 2016 pour un coût estimé à 300 millions d’euros. Shell est entré en 2019, après le rachat de la société française Eolfi à Veolia, le promoteur “ferme”. Mais il a été victime de détournements en cascade. American General Electric fournira des éoliennes (mâts, turbines et pales) en 2019. Il a été remplacé par l’éolien offshore nippo-danois MHI Vestas, qui est également parti. En charge de la plateforme flottante, Navy Group a annoncé début 2021 arrêter son activité dans le domaine des énergies marines renouvelables, vendue à l’italien Saipem pour se concentrer sur la construction de navires militaires.

Lire Aussi :  PLF 2023: les TPE-PME appellent à réviser le barème de l'impôt sur les sociétés

Avec cet échec, la CGN chinoise s’est davantage retirée de l’Europe, après que les autorités britanniques ont décidé qu’elle ne serait plus responsable de la construction et de l’exploitation des centrales nucléaires au Royaume-Uni. En revanche, Shell maintient sa stratégie de développement renouvelable pour proposer d’autres sources d’énergie que les hydrocarbures, à l’instar des compagnies pétrolières européennes. Elle participe à des appels d’offres pour l’éolien en Bretagne sud (un parc de 250 MW) et en Méditerranée (deux parcs de 250 MW chacun) dont les résultats sont attendus en 2023.

Lire Aussi :  Virgin Galactic est en quête de rentabilité

Un pari très audacieux

Ministère de la Transition Ecologique “Le regret d’abandonner le projet, qui est notamment la conséquence de l’arrêt de la production des turbines Vestas pour alimenter le parc”. Il a également noté que trois autres fermes pilotes seront lancées en Méditerranée dans les deux prochaines années par EDF Renouvelables, Ingénie et TotalEnergies. Le ministère y croit La France s’est rapidement mise en ordre de marche [2016] Construire une filière éolienne forte”D’autant plus qu’il a un très bon régime de vent.

Il vous reste 27,94% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux clients.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button