PSG – Christophe Galtier, quatre mois au presque parfait : “Le seul petit regret, c’est de ne pas avoir battu Benfica”

22 matchs, 18 victoires, quatre nuls. Alors, vous l’avez compris : il n’y a pas une seule défaite dans toutes les compétitions tout le temps. Le PSG a terminé la première partie de saison avec un beau succès face à Auxerre (5-0) et un bilan plus respectable. Les Parisiens planent en tête du championnat avec cinq points d’avance sur les shockers lensois et ont assuré leur place en huitièmes de finale de la Ligue des champions où ils affronteront le Bayern Munich. Dire que Christophe Galtier a réussi son intégration à Paris est un euphémisme. “Nous sommes les premiers, invaincus. Seul Naples suit le même parcours que nous», a aimé l’ancien entraîneur de Saint-Etienne, Lille ou Nice.

Lire Aussi :  Rugby. La programmation de la 11e journée de Top 14 chamboulée : voici la raison

Auteur d’une nouvelle démonstration offensive face à Auxerre alors que certains dirigeants européens manquaient d’enthousiasme avant de s’envoler pour le Qatar, le PSG peut être fier de ce palmarès soigné et rare dans les grands championnats du Vieux Continent. Dans le même temps, le Real Madrid, par exemple, a enregistré deux défaites toutes compétitions confondues, tout comme Manchester City.

Les géants bavarois, impressionnants en C1 (ndlr : 6 matches, 6 victoires), ont également chuté sur leur scène domestique (ndlr : face à Augsbourg). Et si Naples a bien imité les Parisiens en Serie A, les Napolitains ont accepté la loi de Liverpool en C1 (2-0) après cinq victoires consécutives. Ce qui a fait sourire Galtier. “Je m’amuse beaucoup, je reste concentré et je demande aux gens avec qui je travaille de rester exigeants, de ne pas tomber dans la zone de confort.“, il a glissé.

Icardi libéré, Paredes abattu : où en est le prêté du PSG ?

Découvrez comment mes “trois grands peuvent s’exprimer du mieux qu’ils peuvent”

Quand il dit ça, on pense évidemment à son trio star, composé de Lionel Messi, Neymar et Kylian Mbappé. Cependant, la gestion des trois “génial“, plutôt apathique ce dimanche sans trop de surprises avec la Coupe du monde à venir, fait aussi partie des satisfactions du début de saison. Sous sa coupe, Neymar s’est retrouvé, comme en témoignent 15 buts et 12 passes décisives en 19 matches de Kylian Mbappé, l’auteur de plusieurs éclairs de génie, est toujours dans son nuage (18 buts en 19 matchs) malgré les frustrations liées à son poste et les affaires qui ont secoué son entourage ces derniers mois.Messi a retrouvé ses marques (12 buts, 14 passes décisives) après une première formation parisienne décevante.

Dès son arrivée, Christophe Galtier s’est efforcé de mettre ses trois diamants dans le meilleur état possible. Essayer de trouver une façon de jouer pour qu’ils puissent s’exprimer au mieux sans toucher à l’équilibre de son équipe. Il s’en est plutôt bien sorti. “C’est une saison unique. (…) Il a fallu du temps pour trouver la meilleure animation et mes trois grands peuvent s’exprimer du mieux possible.e”, a apprécié l’ancien entraîneur lillois avant toutefois d’avertir : “Quand nous avons trouvé cela, évidemment c’était très intéressant. Avec cela, vous devez trouver le meilleur équilibre. (…) Il y a encore beaucoup de métiers“.

Christophe Galtier sur le banc du PSG

Crédit : Getty Images

La défense, l’axe qu’il faut corriger

Une déclaration claire. Et c’est d’autant plus vrai si Paris veut étancher sa soif de succès en Ligue des champions. Car si le PSG a inscrit 2,86 buts par match cette saison (63 ttc), les champions de France en titre ont trop souvent manqué de régularité cette saison pour les challengers au titre convoités par les propriétaires qatariens en C1. “Nous travaillons sur différents systèmes», se souvient Galtier, qui a débuté la saison avec une défense à trois avant de changer de rythme et de ne fermer aucune porte à l’avenir.

Dans un peu plus d’un mois, la Coupe du monde se terminera et Christophe Galtier devra se retirer pour remettre son équipe en mouvement. En trouvant les mots justes pour que tout le monde reste “exigeant” même si le Qatar est contrarié ou content. “Il y aura un mois de janvier très spécial avec les conditions de forme des uns et des autres. Il y a aussi un focus que vous (ndlr : journaliste) soulignerez, ce sera cette double confrontation face au Bayern, a déclaré le technicien parisien repris par CulturePSG. Mais il reste encore beaucoup de travail, de réflexion. Essayez de trouver d’autres organisations, d’autres animations pour être efficace tout le temps et surprendre l’adversaire, parfois même mes joueurs“.

Cependant, dans tout cela, il faut corriger cette fièvre défensive. Paris aura un bon mois pour cela avant la première rencontre tant attendue contre la Bavière en Ligue des Champions (NDLR : match aller le 14 février, match retour le 8 mars). La bataille au sommet est très précoce dans l’épreuve des reines que Galtier veut clairement éviter. Ce fut sa seule faiblesse pour la première partie de cette aventure parisienne. “Le seul petit regret que j’ai, c’est de ne pas avoir battu Benfica en Ligue des champions. Mais nous le méritonsés”, a-t-il admis lorsqu’on l’interroge sur les quatre premiers mois de la saison. Un regret qui pourrait toutefois tout changer en mars prochain.

Ligue 1

La surprise de Harit comme motivation : “Nous sommes intéressés à le faire pour lui”

IL Y A 14 HEURES

Ligue 1

Perles collectives, pénalités généreuses, trop de pertes : tops et flops

IL Y A 15 HEURES

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button