Quel temps fera-t-il cet hiver ? Voici les premières indications de Météo France

Quelles températures retrouverons-nous en France cet hiver ? Habituellement, la question se pose pour un placage stratégique cette année. Pourquoi ? Car une température trop basse obligerait les Français à augmenter leur chauffage à tel point que le réseau électrique français pourrait souffrir, notamment des difficultés du parc nucléaire français.

Dans ce contexte, les tendances climatiques pour les trois prochains mois, publiées le jeudi 27 octobre 2022 par Météo France, revêtent une importance considérable, apportant les premiers éléments de réponse.

La température est généralement conforme à la normale

Ces prévisions à moyen terme indiquent que la France connaîtra les mois de novembre, décembre et janvier “La température est proche de la norme climatique », Comme l’explique Pierre Bonnin, climatologue à Météo France, les conditions d’anticoagulation devraient “plus souvent que d’habitude” pendant ce temps et empêcher la température de chuter excessivement.

Lire Aussi :  Équipe de France : Deschamps lance une révolution, c’est validé... par le RC Lens !

Le spectre d’une période hivernale structurellement très froide, avec des températures anormalement basses tout au long de la période, semble donc écarté. “Nous n’avons pas enregistré de vrai signal froid”Pierre Bonnin a confirmé.

Mais, a-t-il prévenu, « Trois mois, c’est long. Donc ça peut arriver ” des choses “ météo favorable en janvier.

Il peut encore y avoir des pics de froid de temps en temps

En effet, même si, en moyenne, les températures du prochain trimestre devraient être conformes à la normale, le cas d’épisodes ponctuels s’écartant des normes saisonnières bien connues n’exclut pas une hausse ou une baisse.

Parce que ces grandes tendances sont fixées par Météo France » ne donne aucune indication qu’une personne peut avoir des épisodes plus doux ou plus froids au cours du trimestre »rappelle Pierre Bonnin.

Lire Aussi :  Coupe de France : Lannion-TFC et Monaco-RAF en 32es !

Brièvement, “nous pourrions attraper un peu froid à un moment donné”, rappellent les climatologues. Par conséquent, dans ce froid hypothétique, sa survenue ne peut être exclue, le réseau électrique pouvant être soumis à des contraintes importantes, voire excessives. “C’est toujours possible, mais nous n’avons pas suffisamment de facteurs pour pouvoir émettre cette hypothèse”, a-t-il déclaré. Pierre Bonnin conclut. Au contraire, le pire n’est jamais certain, ce scénario peut aussi ne jamais arriver.

Pas sûr de la quantité de pluie

Cette incertitude est encore plus grande concernant la quantité de pluie attendue dans les semaines à venir.

“La prévisibilité de la température est meilleure que celle des précipitations”, rappelle Pierre Bonnin, car l’accumulation peut « Change très rapidement d’un endroit à l’autre, même sur une courte distance. Il est donc toujours difficile de faire une prévision trimestrielle sur ce paramètre..

Lire Aussi :  Agnès Pannier-Runacher soutient qu’elle n’était pas obligée de déclarer les intérêts de ses enfants, liés à des paradis fiscaux selon une enquête de « Disclose »

A ces difficultés structurelles s’ajoutent celles liées à la situation économique. Comme l’explique Pierre Bonnin, le paysage des précipitations des prochains mois sera donc “de la zone de signal la plus sèche d’Europe de l’Est, de la Turquie à l’Europe centrale” et une zone de « Circulation plus perturbée dans le bassin ouest méditerranéen ».

Réalité, “La France se trouve entre ces deux pôles d’action, dans une zone tampon”, ce qui rend impossible de déterminer son avenir exact. Et ce qui l’empêche notamment, c’est de savoir si la partie sud-est du pays verra la sécheresse progressive qui dure depuis de longs mois.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button