Victor Perez après son 1er tour au DP World Championship : « La semaine est encore très longue »

Victor Perez (69, -3) : “La stratégie ne doit pas changer”

“Une journée en -3, pas de bogeys, on imagine que vous serez plutôt content de ce premier tour…
Ce n’était jamais clair le premier tour du tournoi avec un parcours légèrement différent des années précédentes. Je sais qu’il va vraiment séparer le champ des joueurs parce que les greens étant brouillons et assez serrés, dès qu’on est dans le brouhaha, on rate le green et on va vite faire deux, trois, quatre, cinq bogeys. . . Mais si vous êtes sur le fairway, avec cette position de drapeau, c’est quand même suffisant pour marquer. Voir Tyrrell (Hatton) à -8 après 17 trous (-7 à la fin), ce n’est pas surprenant donc je suis très content de cette première journée.

Quelle partie du jeu aimes-tu ?
Le jeu des fers est très bon. Je n’ai pas manqué beaucoup de légumes, nous avons donc passé la journée en paix. Je ne prends pas beaucoup de fairways mais en tapant des coups depuis le rough je prends les greens, ce qui n’est pas forcément facile car on peut rapidement obtenir un flyer (tir qui a raté le cadre) ou ne dépend pas des sangsues (où se trouve la balle). Il est nécessaire d’avoir un certain succès dans la lecture des mensonges. On peut le lire autant qu’on veut mais de temps en temps il ne répond pas bien. J’ai réussi à toucher une bonne zone d’où je peinais. Putter à distance est vraiment bon, je n’ai pas trop à lutter avec des putts de 2 ou 3 mètres pour le par. La journée s’est donc bien passée.

Comment gérez-vous physiquement la chaleur un jour comme celui-ci ?
C’est dur de manger des jours comme ça. Il fait très chaud, il faut boire, les électrolytes sont sur le bloc. De plus, nous y sommes allés à une heure plutôt bizarre, ce qui ne nous a pas forcément plu. A 11 heures, nous avons pris le petit déjeuner mais n’avons pas eu le temps de déjeuner. Donc j’espère que demain (vendredi) est un après-midi pour déjeuner. Il faisait très chaud et pas beaucoup de vent. On s’hydrate mais on utilise quand même la machine le premier jour.

Lire Aussi :  Masters 1000 Paris - Holger Rune sauve 3 balles de match et sort Stan Wawrinka après un match fou !

Après avoir commencé à -3, quelle est la stratégie pour aller de l’avant ?
Cela dépendra de la météo. Aujourd’hui ils annoncent plus de vent que ça, ce qui rend le parcours un peu plus abordable. Je ne pense pas nécessairement que je changerai de stratégie. C’est l’un des parcours que j’ai le plus joué depuis que j’ai rejoint le Tour, j’ai joué ce tournoi quatre fois donc ça fait douze tours de compétition. Nous commençons donc à avoir des idées sur ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire. Pour moi c’est un avantage. La stratégie, j’en ai un peu plus en tête qu’au début sans trop réfléchir, ce qui est toujours intéressant. Pas besoin de passer une demi-heure le matin sur un cahier (bien sûr) pensez en fonction de la position du drapeau. Nous l’avons vu suffisamment de fois pour pouvoir jouer avec un peu d’instabilité.

Vous avez tiré 67 le premier jour en 2020 et terminé 6ème du tournoi : ce type de parcours est-il idéal dès le départ ?
D’après les statistiques, on sait que le premier tour est très important. Cela vous lance dans le tournoi, surtout sur des parcours pas forcément faciles. Une fois qu’on est au-dessus du pair et qu’on voit droit -9, -10, on est loin et on n’a plus la même approche. Après avoir joué un jeu très solide, vous n’avez pas besoin d’attaquer plus souvent que nécessaire. Le premier tour est toujours important même s’il y a 72 trous. Lorsque vous êtes à un bon niveau, sans avoir à faire de -8 mais avec une carte forte, vous sentez que la stratégie est prête et vous pouvez vous laisser jouer le reste de la semaine.

Quel est le programme de la fin de journée ?
Ce sera de la récupération, essayer de manger, se rafraichir si on trouve une douche froide ou quelque chose pour se calmer car on est déjà à 25% du tournoi et la semaine est encore très longue. »

Romain Langasque aurait pu mieux marquer si ses tirs correspondaient à ses drives.  (P. Lahalle/L'équipe)

Romain Langasque aurait pu mieux marquer si ses tirs correspondaient à ses drives. (P. Lahalle/L’équipe)

Romain Langasque (71, -1) : “La meilleure partie de l’année”

Lancé en deuxième partie tôt le matin, le Français a renvoyé une première carte sous le par (-1) qui l’a pleinement satisfait, plus pour le parcours que pour le score.

Lire Aussi :  MotoGP Valence : Aleix Espargaró soutient ouvertement Fabio Quartararo qui est "le pilote de l’année"

Romain Langasque : “J’ai bien roulé de A à Z, pris beaucoup de greens et fait peu d’erreurs. Je me suis senti très bien tout au long du cours. C’était honnêtement ma meilleure partie de l’année. Et un gros plus est le lecteur. Jouer sous la normale est toujours positif, mais je retiens aussi la forme, avec beaucoup d’occasions qui ne sont pas forcément tombées même si je n’étais pas si proche (du drapeau). Je suis très heureux. Ici, les jetons sont très difficiles autour du green donc je pense que -1 est un très bon score et je suis très content de mon virage ; J’ai tenté ma chance dès le départ.

Je me suis tout de suite bien intégré au jeu. J’ai commencé à 5m sur 1, 3m pour les birdies sur 2 et 3, sur le green sur 4 et sur 1m pour birdie sur 5. J’ai senti que la fin était là, mais comme je l’ai dit je me sentais bien depuis la semaine dernière donc j’avais envie mon jeu est bien. Il y a plusieurs drapeaux au fond des greens, près des bords, ce qui rend le trajet assez long. Il est donc plus difficile de s’approcher du drapeau mais je pense que tout score sous le par serait un bon score. Après cela, il faudra encore quelques birdies dans les prochains jours pour espérer le haut du classement.

Compte tenu de la difficulté, ils pourraient vouloir que le tournoi reste invaincu en -20 cette année. Avec enthousiasme, ils épingleront le drapeau toute la semaine. Sous le choc? Non, nous sommes dans les phases finales de la Race to Dubai, il y a les meilleurs au monde donc il nous faut un parcours à la hauteur.

Là je vais manger et faire du putting car j’ai un peu de mal avec la vitesse (depuis les greens). Ensuite je rentrerai chez moi pour me reposer car il fait très chaud et il reste encore trois tours. J’en ai parlé avec Makis (Chamalidis, son coach mental), le but est d’être présent à tout moment, de bien manger pendant le cours et de faire au mieux ma routine. Ce parcours peut être difficile si vous commencez mal à frapper la balle. Je suis prêt, je sais.

Lire Aussi :  Estelle Nze Minko après la défaite de la France face au Monténégro : « On va pleurer tous les soirs »

Je préfère commencer tard, ce serait bon signe mais je pense qu’aujourd’hui il y a plus d’avantages à commencer tôt. Les légumes sont un peu plus moelleux et ça joue aussi. Après ça, si je peux jouer à 12h30 dimanche…”

Antoine Rozner n'est pas toujours récompensé de ses bons coups.  (S. Boué/L'équipe)

Antoine Rozner n’est pas toujours récompensé de ses bons coups. (S. Boué/L’équipe)

Antoine Rozner (72, par) : “Peut mieux faire”

Après être bien passé à -2, le Parisien a perdu un peu de fil, pour finir comparable au sens de l’inachevé même si certains “très bon coup de golf”.

Antoine Rozner : “J’ai fait un début assez solide dans le contenu, maintenant je suis un peu déçu du résultat, car ça aurait dû être un peu mieux. Ça n’a pas payé, surtout sur le chemin du retour où j’ai enchaîné plein de très bons coups de golf. J’espère être un peu meilleur, quatre tours maintenant, c’est assez long donc j’espère gagner des places d’ici dimanche. C’est vraiment pas mal sensationnel, j’ai trouvé il y a deux jours quelque chose qui m’a un peu parlé.

Je ne prends probablement pas beaucoup de fairways, peut-être que c’est là que ça se joue aujourd’hui. Car on sait qu’avec cette rugosité très épaisse on peut avoir des problèmes. Si je peux prendre quelques fairways de plus, je pense que je peux être plus agressif sur le deuxième coup et essayer de faire quelques birdies de plus. Ça ne prend pas beaucoup de souffle, mais c’est un parcours assez exigeant, très difficile de faire un birdie, il faut arriver à s’en approcher. Ce n’était pas un parcours facile mais on a vu qu’il y avait des scores assez bas donc on aurait pu faire mieux. Même si j’ai eu des moments difficiles, je n’ai pas trop perdu le focus, il faut rester sérieux et travailleur.

Il y a un bon score à obtenir, il faut jouer quatre jours solides, c’est le plus important. J’ai passé une bonne journée même si j’espérais mieux, donc le contrat était assez chargé dans l’ensemble. »

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button