Vie privée des enfants : vidéosurveillance, toilettes à l’école… quelles préconisations pour améliorer la protection de l’enfance ?

le besoin
L’avocate, Claire Hédon, a proposé une série de recommandations pour améliorer la protection de l’enfance dans ce pays. La Dépêche du Midi est en stock.

La vie intime des enfants ? De ce thème sinueux, la Gardienne des droits, Claire Hédon, l’a transformé en cheval de bataille. “Ce n’est pas toujours facile d’appréhender le sujet de la vie privée des enfants”, a admis la personne impliquée dans la présentation du rapport annuel de l’organisme le 17 novembre basé sur les témoignages de près de 1 100 enfants. . “Nous devons trouver un équilibre entre la protection de ces enfants avec leur vie privée et leurs libertés”, a souligné le Guardian, proposant une série de recommandations pour les parents, les enseignants et les élèves qui sont généralement des acteurs de la vie publique. Expédition Midi clarifier le problème.

Qu’entend-on par « vie privée » des enfants ?

Dans sa recommandation, le Défenseur des droits est très préoccupé par la « vie privée » des enfants : une notion particulièrement large. Ce concept inclut, par exemple, la question de l’intimité des enfants, ce qu’ils ne veulent pas soumettre et révéler aux “autres”. Par exemple, il peut s’agir de sa vie amoureuse, de sa santé, de ses croyances religieuses ou de données personnelles (adresse, numéro de téléphone).

Lire Aussi :  l'écologiste Yannick Jadot visé par un tag hostile, la réaction de Sandrine Rousseau critiquée à gauche

Nord et Somme, mauvais élève ?

Claire Hédon a expliqué avoir évoqué la semaine dernière la “situation alarmante de la protection de l’enfance dans le Nord et la Somme”. Ces deux départements sont en grande difficulté, selon un rapport du service d’aide sociale à l’enfance (ASE). « Le nombre de places pour les jeunes enfants, comme les adolescents, est largement insuffisant. Les dangers augmentent, décrivent les Défenseurs. Le manque de professionnels pour les soutenir est criant.

Dans les écoles, quels problèmes les toilettes causent-elles ?

Selon les Défenseurs des droits, le respect de la vie privée des enfants peut être en jeu dans les espaces publics, comme à l’école. Éric Delamar, Protecteur de l’enfance, explique que la question des toilettes apparaît comme un enjeu pour certains d’entre eux : “Les toilettes sont souvent perçues comme une zone de non-droit où il peut y avoir du harcèlement”.

Lire la suite:
Le Défenseur des droits appelle à la protection de la vie privée des enfants

La vie privée des étudiants dans ces espaces est au cœur des préoccupations. Le Protecteur de l’enfance évoque ainsi la nécessité d’une réorganisation en France et pointe du doigt des sanitaires où “de grands écarts subsistent entre le sol et la porte”. « Lors d’un conseil municipal des jeunes où des collégiens discutaient de ces questions, une mère est venue me voir. Elle m’a dit que lorsqu’elle est allée chercher son fils de 4 ans à l’école, il est pressé de rentrer à la maison, explique Éric Delamar, et cela conclut : “Il faut penser au matériel et aux gens de ce lieu pour que les enfants s’y sentent en sécurité.”

Lire Aussi :  Carburants : pourquoi le retour à la normale n'est pas pour demain

La Gardienne des droits a également insisté sur la question de l’hygiène des toilettes : « Le nettoyage a un coût, mais pour nous, le pointeur droit de la souris est toujours placé au profit de l’enfant, évoque Claire Hédon. Et ce bénéfice ne doit pas être dépassé. par des contraintes budgétaires.”

La cantine, un espace qui exacerbe les différences sociales ?

Le rapport de l’avocat insiste également sur la nécessité de protéger les jeunes en situation de précarité : « Nous avons fait arrêter une famille avec un enfant devant toute la classe avec une note indiquant un retard de paiement à la cantine. et une interdiction d’inscription dans les colonies de vacances”, a décrit Claire Hédon, qui a demandé aux pouvoirs publics de “prévoir des procédures de demande de non-paiement des cantines, pour éviter toute implication ou discrimination à l’égard des enfants”, en soumettant les factures de cantine et en engageant un dialogue direct avec parents pour récupérer leur argent ».

Lire Aussi :  Gaël Perdriau ne démissionnera pas en cas de mise en examen

Problème de caméra de vidéosurveillance ?

Dans son rapport, le Défenseur des droits formule également plusieurs recommandations concernant la vidéosurveillance dans les écoles. Claire Hédon invite les chefs d’établissement à établir des règles d’utilisation de la “vidéosurveillance en impliquant toutes les parties prenantes, y compris les représentants des parents et de l’administration. les élèves, dans les réflexions menées sur l’adaptation du dispositif au respect de la vie privée des enfants”.

Elle invite également le ministère de l’Éducation nationale à mettre en place des modules obligatoires d’éducation numérique. « Je sais qu’il y a beaucoup de demande à l’école, reconnaît Claire Hédon. Mais c’est là qu’on peut former et informer les gens. informations”.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button