Volleyeuse assise, la tarnaise Lynda Medjaheri rêve des Jeux olympiques de Paris en 2024

important
Objectif 2024 pour les joueurs CMVB et l’équipe de France de volley assis. Basée à Blan, la volleyeuse revient sur son parcours difficile, un exemple de résilience.

La première étape du Challenge de France de Volleyball Assis 2022-2023 se déroulera demain au gymnase de Borde-Basse. Aujourd’hui, sur le même site, la journée santé sportive vous permettra de découvrir et de vous initier à tous les types de volley.
La volleyeuse assise française Lynda Medjaheri rêve de participer aux Jeux paralympiques de Paris 2024. En attendant, elle est à la tête du Castres Massaguel Volleyball qui alignera trois équipes ce dimanche dans la première étape du Challenge de France.

Alors que Phrygès, la mascotte de Paris 2024, n’a été annoncée que cette semaine, Lynda Medjaheri regarde vers les prochains JO depuis maintenant près de deux ans. Avec un objectif qui marque les journées de ce quadragénaire : participer aux Jeux Paralympiques avec l’équipe de France de volley assis, qui se déclare “Pionniers”, qu’il rencontre régulièrement pour des compétitions internationales et des stages préparatoires.

Amputée après un accident de moto en 2014

Un étrange défi pour ce Lorrain d’origine, désormais installé à Blan dans le Tarn, qui n’avait jamais pratiqué de sport en compétition avant de s’essayer à cette discipline paralympique depuis 1980 et qui compte aujourd’hui une cinquantaine de sections en France. “Je ne fais que du vélo et de la marche pour le loisir, mais je n’ai jamais fait de volley avant”, a déclaré celui qui a participé à sa première compétition, la Ligue nationale d’argent, début juillet 2021 à Rouen.

Lire Aussi :  Jenia Grebennikov, sur sa situation au Zenit Saint-Pétersbourg : « On s'est posé beaucoup de questions »

Lynda Medjaheri et le volleyball assis, c’est une histoire d’accidents et de rencontres. Du drame de la vie, il la transforme en opportunité et en force. « J’ai eu un accident de moto en 2014. Après des complications et plusieurs interventions chirurgicales, j’ai été amputé en 2018 du tibia gauche. A la même période, lors d’une réunion d’information, Lynda rencontre Aurélie Garcia. Il a changé sa vie.

« C’est un peu une fierté personnelle, mais aussi une grande victoire face à mon handicap. Après avoir été coincé à la maison pendant quatre ans et demi où je suis passé du canapé au fauteuil, le volleyball assis m’a permis de rencontrer des gens formidables. »

“L’équipe de France de volley assis n’existe pas encore. Je lui ai tout de suite dit que si c’était dans un fauteuil, ça n’en valait pas la peine. Je suis resté trop longtemps dans le fauteuil… » C’est pourquoi l’idée du volley-ball assis le tente si vite. “Je l’ai essayé à l’entraînement et je l’ai adopté !” Une opportunité pour deux amis qui font désormais partie de l’équipe de France de volley, créée en août 2019 avant l’épidémie de coronavirus.

Lire Aussi :  Cédric Vasseur : «Cédrine Kerbaol ? J'ai sollicité l'UCI... »

Si les filles ont pu continuer à s’entraîner avec le statut d’athlètes de haut niveau, l’équipe était encore trop “jeune” pour défendre ses chances aux Jeux paralympiques de Tokyo. Dès lors, Lynda Medjaheri devra attendre Paris 2024 pour connaître l’effervescence des JO, dix ans après son accident. « C’est un peu une fierté personnelle, mais aussi une grande victoire face à mon handicap. Après avoir été coincé à la maison pendant quatre ans et demi où je suis passé du canapé au fauteuil, le volleyball assis m’a permis de rencontrer des gens formidables. »

Lire Aussi :  Rolex Paris Masters - Corentin Moutet : "Ceux qui me connaissent savent que je travaille très dur"

Le volley-ball assis est ouvert aux personnes valides

Et de connaître la compétition avec l’équipe de France, mais aussi le club de l’Union (en banlieue toulousaine) qui a une structure spécifique depuis 2015. Le club de volley de Castres Massaguel a le sien depuis l’an dernier et Lynda Medjaheri dirige cette nouvelle section de volley assis à différents niveaux Challenge de France. “Il est ouvert au volley-ball fort et assis pratiqué à tout âge. Il faut l’essayer pour l’apprécier. “.

À condition que vous fassiez quelques étuis et que vous ayez un minimum de force dans vos bras pour bouger. “Les règles sont les mêmes qu’au volleyball classique, sauf qu’il faut se mettre dos au sol quand on a le ballon et qu’on a le droit de retourner le service. Avec un filet de 1,05 m pour les filles et 1,15 m pour les garçons, la discipline s’avère rapidement très amusante.

Les personnes intéressées pour intégrer la division volley assis CMVB peuvent contacter Gaëtan Carne au 07 60 87 94 52.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button